Aller au contenu principal

Château-Gontier : clap de fin du marché du mardi

Il n’aura duré qu’un peu plus d’un mois. Le marché aux broutards et gros bovins du mardi, à Château-Gontier, a désormais lieu le jeudi, avec celui des veaux.

© V.G.

C’était plein d’espoir que Jean-Jacques Gendry, chargé des marchés aux bestiaux à Château-
Gontier, et Philippe Henry, maire de la commune, inauguraient, mardi 4 septembre 2018 en fin de matinée, le premier marché aux broutards du mardi, dans le tout nouveau foirail.
Pour la première, 270 broutards et 17 veaux étaient passés sous les yeux experts de 27 opérateurs. Des opérateurs dont certains étaient des « historiques » du marché de
Fougères, désormais fermé. On se souviendra des sourires des organisateurs et des commerçants, de la qualité des glissades des bovins sur le sol... Et de la réactivité de la commune pour aménager des tapis antidérapants au plus vite ! Aussi, cette ouverture du mardi, le maire de Château-Gontier, l’avait qualifiée de « moment historique ». Il pensait ouvrir « un nouveau chapitre du monde agricole » qui avait déjà perdu, en Mayenne, le marché de Laval.

Le livre du mardi est désormais refermé, faute de commerçants, d’éleveurs, et de bêtes. « 25 broutards pour une capacité de 300 », le mardi 2 octobre ! Pourtant, on pensait ce nouveau rendez-vous sur une bonne lancée avec 100 bovins le 25 septembre ou bien encore 65, la semaine précédente. Mais cela n’a pas été suffisant, la concurrence de Chateaubriand et les habitudes de lieux d’échanges entre acheteurs et vendeurs auront eu raison du mardi à Château-Gontier.
Le marché des broutards a désormais lieu le jeudi, comme celui des veaux. Ce dernier dans l’ancien foirail, les broutards dans le tout nouvel équipement. Le repositionnement, à la fois dans le temps et dans l’espace, devrait permettre d’attirer réellement ceux qui fréquentaient
le marché de Fougères. Du moins espère-t-on du côté de Château-Gontier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53