Aller au contenu principal

Changement climatique : une assurance pour limiter la casse

Le conseil d’administration de la Fdsea de la Mayenne s’est réuni lundi dernier. Au programme, un état des cultures, mais aussi des sujets d’actualité comme les assurances récoltes. Avec une explication de texte par Joël Limouzin, membre du bureau de la Fnsea.

Joël Limouzin, vice-président de la Fnsea, Mickaël Guilloux, secrétaire général de la Fdsea 53, et Pascal Réauté, président de la section équine
Fdsea 53, lors de la conférence de presse qui a suivi le conseil d’administration de la Fdsea de la Mayenne, lundi 14 septembre, à la Maison des Agriculteurs, à Changé.
Joël Limouzin, vice-président de la Fnsea, Mickaël Guilloux, secrétaire général de la Fdsea 53, et Pascal Réauté, président de la section équine
Fdsea 53, lors de la conférence de presse qui a suivi le conseil d’administration de la Fdsea de la Mayenne, lundi 14 septembre, à la Maison des Agriculteurs, à Changé.
© VG

Comment gérer les risques climatiques ? L’objet des échanges avec le conseil d’administration de la Fdsea de la Mayenne était de présenter les propositions de la Fnsea . « La gestion des risques passe par la limitation de l’exposition aux risques. Que ce soit par le stockage de l’eau, l’élimination de l’eau quand elle est en excès, de mettre des systèmes antigel ou anti-grêle sur des cultures… » Une fois des dispositifs mis en application, « nous avons besoin de les assurer. L’assurance est un moyen important à développer ». Avec des offres « pertinentes dans le calcul des pertes et accessibles en termes de coûts ». Joël Limouzin a rappelé que « 30 % des surfaces des cultures sont assurées, 2,5 % en arboriculture et quasiment rien en prairies ». Pour lui, « il faut pouvoir développer ce dispositif ». Il prend en exemple le fonds de mutualisation sanitaire et environnementale (FMSE) créé en 2014.

« L’objectif était, avec une cotisation obligatoire pour tous les agriculteurs, de pouvoir activer des fonds publics 65 % (État et Europe) avec 35 % de fonds professionnels.» Un principe qui peut être décliné pour assurer les récoltes, « en combinant ce qui est de la responsabilité de l’agriculteur (système assurantiel) et un fonds de calamités, rénové plutôt un principe qui ferait appel à la mutualisation pour les pertes, les gros coups durs. À partir de 50 à 60 % de pertes, il pourrait y avoir ce fonds mutualisé, via une cotisation de l’ensemble des agriculteurs, avec une répartition par filière ». Aujourd’hui, « tout est à créer ». Il souligne que « plus personne n’est épargné par ces questions climatiques, même en Mayenne où on voit des disparités à l’intérieur même du département. On ne peut pas laisser des agriculteurs sans solution ».

Joël Limouzin souhaite aussi un changement de paradigme : « Tout le monde assure ses bâtiments contre un incendie… Quand on a un problème climatique, le raisonnement c’est encore de se dire : je paie une cotisation de tant, qu’est-ce que je vais avoir en retour… Tant qu’on raisonnera l’assurance climatique comme cela, on n’arrivera pas à la développer. L’assurance climatique doit être dans votre stratégie d’entreprise, y compris dès le parcours à l’installation ». Et il insiste pour « garder cette approche de mutualisation, parce que la notion de solidarité en agriculture reste un point fort de notre profession ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53