Aller au contenu principal

BVD : pas de contrôle à l’achat, pas de carte verte délivrée

Depuis juillet 2019, le GDS a mis en place un plan d’éradication de la Diarrhée virale bovine (BVD). Celui-ci implique une surveillance accrue des exploitations, l’élimination des animaux infectés. Un contrôle au moment des échanges est également obligatoire. Depuis le 1er septembre, si celui-ci n’est pas effectué, la carte verte ne pourra être délivrée.

Le GDS demandent aux éleveurs ayant des indicateurs BVD positifs et ne faisant pas vacciner leurs animaux de faire des prélèvements auriculaires à leur veaux venant de naître afin de savoir s'ils sont Ipi.
Le GDS demandent aux éleveurs ayant des indicateurs BVD positifs et ne faisant pas vacciner leurs animaux de faire des prélèvements auriculaires à leur veaux venant de naître afin de savoir s'ils sont Ipi.
© LG

La Diarrhée virale bovine (BVD) est une maladie très répandue. Ses symptômes sont multiples : diarrhée, problèmes respiratoires, troubles de la reproduction, retard de croissance... Elle touche aussi bien les races à viande que les laitières. Depuis le 31 juillet 2019, l’État a mis en place un programme d’élimination de la maladie. Cette mission a été attribuée au Groupement de Défense sanitaire (GDS).

La coopérative a établi un plan d’éradication. Celui-ci passe notamment par une surveillance accrue des exploitations pour identifier les animaux infectés. Par ailleurs, lors des introductions, une prise de sang BVD est désormais obligatoire. Cette année, le GDS a renforcé cette mesure. Depuis le 1er septembre, si le contrôle BVD n’est pas réalisé au moment de l’échange, le bovin ne pourra pas recevoir sa carte verte. « J’ai conscience que cela est contraignant, pour autant c’est l’unique façon d’être sûr que la BVD ne circule pas », affirme Nicolas Gaudout, vétérinaire au GDS 53. Seule exception à cette règle : « Si le bovin a déjà été certifié non Ipi (Infecté permanent immunotolérant, ndlr) par une précédente analyse, la prise de sang n’est pas obligatoire à l’échange, car nous savons qu’il n’est pas contaminé. Avec le plan d’éradication, de plus en plus d’animaux sont justement déclarés non Ipi. »

Retrouvez l'intégralité de l'article dans le n°234 d'Agri53.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53