Aller au contenu principal

BVD : pas de contrôle à l’achat, pas de carte verte délivrée

Depuis juillet 2019, le GDS a mis en place un plan d’éradication de la Diarrhée virale bovine (BVD). Celui-ci implique une surveillance accrue des exploitations, l’élimination des animaux infectés. Un contrôle au moment des échanges est également obligatoire. Depuis le 1er septembre, si celui-ci n’est pas effectué, la carte verte ne pourra être délivrée.

Le GDS demandent aux éleveurs ayant des indicateurs BVD positifs et ne faisant pas vacciner leurs animaux de faire des prélèvements auriculaires à leur veaux venant de naître afin de savoir s'ils sont Ipi.
Le GDS demandent aux éleveurs ayant des indicateurs BVD positifs et ne faisant pas vacciner leurs animaux de faire des prélèvements auriculaires à leur veaux venant de naître afin de savoir s'ils sont Ipi.
© LG

La Diarrhée virale bovine (BVD) est une maladie très répandue. Ses symptômes sont multiples : diarrhée, problèmes respiratoires, troubles de la reproduction, retard de croissance... Elle touche aussi bien les races à viande que les laitières. Depuis le 31 juillet 2019, l’État a mis en place un programme d’élimination de la maladie. Cette mission a été attribuée au Groupement de Défense sanitaire (GDS).

La coopérative a établi un plan d’éradication. Celui-ci passe notamment par une surveillance accrue des exploitations pour identifier les animaux infectés. Par ailleurs, lors des introductions, une prise de sang BVD est désormais obligatoire. Cette année, le GDS a renforcé cette mesure. Depuis le 1er septembre, si le contrôle BVD n’est pas réalisé au moment de l’échange, le bovin ne pourra pas recevoir sa carte verte. « J’ai conscience que cela est contraignant, pour autant c’est l’unique façon d’être sûr que la BVD ne circule pas », affirme Nicolas Gaudout, vétérinaire au GDS 53. Seule exception à cette règle : « Si le bovin a déjà été certifié non Ipi (Infecté permanent immunotolérant, ndlr) par une précédente analyse, la prise de sang n’est pas obligatoire à l’échange, car nous savons qu’il n’est pas contaminé. Avec le plan d’éradication, de plus en plus d’animaux sont justement déclarés non Ipi. »

Retrouvez l'intégralité de l'article dans le n°234 d'Agri53.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
Consommation : afficher l’origine du lait est illégal !
Voilà un jugement qui va sans doute faire couler beaucoup d’encre et de salive. Le Conseil d'Etat a annulé le 11 mars, un décret…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53