Aller au contenu principal

Bocage53 et agriculteurs : une réunion pour apaiser les tensions

En décembre, Ouest-France, contacté par Bocage 53, a publié un article qui a déplu aux agriculteurs du canton de Gorron. Le collectif mettait en cause l'entretien de haies du bocage mayennais et la filière bois énergie. Pour apaiser le conflit, les parties se sont réunies lundi 13 janvier à Carelles.

Six agriculteurs, trois membres du collectif bocage 53, les deux dirigeants de la Béma et le gérant de la Scic bois énergies étaient présents.
Six agriculteurs, trois membres du collectif bocage 53, les deux dirigeants de la Béma et le gérant de la Scic bois énergies étaient présents.
© L.G

Un article publié par nos confrères de Ouest France le 13 décembre 2019 a piqué à vif de nombreux exploitants agricoles du canton de Gorron. Celui-ci relayait la parole du collectif Bocage 53. Il y dénonçait les « excès du bois déchiqueté en Mayenne », servant à créer de l’énergie renouvelable. Dans la publication, les agriculteurs et les entreprises prestataires de la filière
bois énergie, en l’occurrence la Béma et la Scic Bois Énergie, sont comparées à des pirates. Un des membres de Bocage 53 se serait même introduit chez Julien Fretigné, agriculteur à Lévaré, pour prendre des photos et les publier.

Afin d’apaiser les tensions, les trois parties se sont réunies lundi 13 janvier Carelles. L’objectif de cette entrevue était de comprendre la vision de chacun sur l’intérêt de la filière bois énergie et l’entretien du bocage. Pendant plus de deux heures, les parties ont exposé leurs arguments, contre-arguments faisant parfois preuve d’incohérence dans leur propos, notamment du côté du collectif.

Rassurer le collectif

Deux points ont principalement fait l’objet de longues discussions : l’intérêt du bois énergie et l’entretien du bocage. Pour Mathieu Havard, directeur de la Béma, le vrai problème vient d’un manque de communication. Pour pallier cela, le jeune homme a présenté la filière bois énergie et ses intérêts : valoriser les déchets bois et trouver une alternative aux énergies fossiles.
Bocage 53 a principalement émis des craintes quant à l’impact de cette filière sur le bocage mayennais. « Notre objectif est de maintenir le bocage. Il représente un stockage de carbone et de biodiversité très important. Les divergences viennent de comment mettre en œuvre cette activité sans l’abîmer. »

Agriculteurs et entreprises ont tenté de les rassurer. D’un côté, les agriculteurs ont rappelé qu’ils avaient été formés et qu’ils faisaient appel à des entreprises performantes. De l’autre, ces dernières ont cassé plusieurs idées reçues sur la filière bois énergie. La SCIC Bois Énergie a également rappelé qu’un label pour un entretien durable du bocage a été mis en place.

Pour connaitre la récation de Bocage 53, retrouvez l'article complet dans le numéro 202 d'Agri53.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53