Aller au contenu principal

Bocage53 et agriculteurs : une réunion pour apaiser les tensions

En décembre, Ouest-France, contacté par Bocage 53, a publié un article qui a déplu aux agriculteurs du canton de Gorron. Le collectif mettait en cause l'entretien de haies du bocage mayennais et la filière bois énergie. Pour apaiser le conflit, les parties se sont réunies lundi 13 janvier à Carelles.

Six agriculteurs, trois membres du collectif bocage 53, les deux dirigeants de la Béma et le gérant de la Scic bois énergies étaient présents.
Six agriculteurs, trois membres du collectif bocage 53, les deux dirigeants de la Béma et le gérant de la Scic bois énergies étaient présents.
© L.G

Un article publié par nos confrères de Ouest France le 13 décembre 2019 a piqué à vif de nombreux exploitants agricoles du canton de Gorron. Celui-ci relayait la parole du collectif Bocage 53. Il y dénonçait les « excès du bois déchiqueté en Mayenne », servant à créer de l’énergie renouvelable. Dans la publication, les agriculteurs et les entreprises prestataires de la filière
bois énergie, en l’occurrence la Béma et la Scic Bois Énergie, sont comparées à des pirates. Un des membres de Bocage 53 se serait même introduit chez Julien Fretigné, agriculteur à Lévaré, pour prendre des photos et les publier.

Afin d’apaiser les tensions, les trois parties se sont réunies lundi 13 janvier Carelles. L’objectif de cette entrevue était de comprendre la vision de chacun sur l’intérêt de la filière bois énergie et l’entretien du bocage. Pendant plus de deux heures, les parties ont exposé leurs arguments, contre-arguments faisant parfois preuve d’incohérence dans leur propos, notamment du côté du collectif.

Rassurer le collectif

Deux points ont principalement fait l’objet de longues discussions : l’intérêt du bois énergie et l’entretien du bocage. Pour Mathieu Havard, directeur de la Béma, le vrai problème vient d’un manque de communication. Pour pallier cela, le jeune homme a présenté la filière bois énergie et ses intérêts : valoriser les déchets bois et trouver une alternative aux énergies fossiles.
Bocage 53 a principalement émis des craintes quant à l’impact de cette filière sur le bocage mayennais. « Notre objectif est de maintenir le bocage. Il représente un stockage de carbone et de biodiversité très important. Les divergences viennent de comment mettre en œuvre cette activité sans l’abîmer. »

Agriculteurs et entreprises ont tenté de les rassurer. D’un côté, les agriculteurs ont rappelé qu’ils avaient été formés et qu’ils faisaient appel à des entreprises performantes. De l’autre, ces dernières ont cassé plusieurs idées reçues sur la filière bois énergie. La SCIC Bois Énergie a également rappelé qu’un label pour un entretien durable du bocage a été mis en place.

Pour connaitre la récation de Bocage 53, retrouvez l'article complet dans le numéro 202 d'Agri53.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53