Aller au contenu principal

Bêtes accidentées : « c’est devenu compliqué »

lllVincent Noël, responsable bovins allaitants pour JA 53, revient sur l’application des critères de transportabilité des animaux blessés, depuis « le durcissement du règlement européen découlant des vidéos-chocs tournées dans les élevages ou les abattoirs ».

© JCG

Les choses paraissent simples : « si l’animal est capable de monter seul dans le camion, il est transportable. S’il arrive couché à l’abattoir, c’est à l’éleveur de prouver qu’il est parti transportable ». Vincent Noël conseille donc de prendre des photos ou des petites vidéos pour prouver la transportabilité de l’animal au départ de l’exploitation.
Mais si l’animal n’est pas transportable, trois solutions demeurent : « l’euthanasie à la ferme par l’éleveur, garder l’animal accidenté en prenant le risque d’un contrôle sanitaire pour animal en souffrance », ou bien encore « faire abattre l’animal à la ferme par un professionnel
(vétérinaire ou boucher). La bête sera saignée et transportée à l’abattoir dans les deux heures
qui suivent. Mais quel éleveur ou quel vétérinaire accepte de tuer un animal ? », interroge Vincent. Alors,avec les JA, il milite pour « un assouplissement de cette directive européenne afin de pouvoir aider l’animal à monter dans le camion. Une aide facile, avec un licol, pour pouvoir emmener l’animal accidenté à l’abattoir ». En Sarthe, par exempe, la filière s’est mise d’accord sur un assouplissement. Vincent Noël souhaiterait que tous les acteurs mayennais trouvent un accord en ce sens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Préparer la saison de pâturage en organisant le parcellaire
La bonne organisation de son circuit de pâturage est la première précaution à prendre pour éviter les mauvaises surprises, mieux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53