Aller au contenu principal

Aurélien Ragot préside la section agriculture biologique

La section agriculture biologique de la Fdsea s'est réunie mardi dernier. Une section qui se relance et qui s'inscrit dans la défense de toutes les agricultures.

Aurélien Ragot, président de la section agriculture biologique.
Aurélien Ragot, président de la section agriculture biologique.
© VG

Avec Mickaël Guilloux, secrétaire général de la Fdsea de la Mayenne, nous voulions redynamiser la section bio », explique Florent Renaudier, président du syndicat majoritaire en Mayenne. « L'agriculture biologique représente environ 500 exploitants en Mayenne, le plus souvent en multiproductions », poursuit-il.« À la Fdsea, comme à la Fnsea, nous ne sommes pas pour un modèle unique. Toutes les façons de produire ont leur place. Et l'agriculture biologique est un marché à part entière. »

La section agriculture biologique de la Fdsea 53 a été officiellement relancée mardi 15 décembre. Avec, à sa présidence, Aurélien Ragot, éleveur laitier à Saint-Mars-du-Désert. « Mes parents avaient fait la conversion bio entre 2008 et 2010, raconte Aurélien Ragot. Je me suis installé à leur suite, en mai 2011. » Il se rapproche alors des JA. Trois ans après, « ayant dépassé l'âge des JA, j'ai rejoint la section cantonale de la Fdsea ». Il participe aussi à une réunion avec la section bio de la Frsea. « Au lieu de rouspéter dans mon coin, je préfère m'investir », nous déclare-t-il. Un investissement pas en solo, mais entouré d'une équipe. « Nous sommes ouverts à toutes les productions bio : volailles, maraîchage, céréales, arbo... », ajoute le néo-président de section. Pour développer sa section, il pourra aussi compter sur l'appui de la Frsea et de son président de section, Jacques Mousseau. Dans un domaine qui attire : « plus de 30 % des installations en Pays de la Loire sont en bio, souligne Jacques Mousseau, et la baisse des aides régionales n'a pas réduit le nombre de conversions.» Reste une problématique : « la rémunération », un des chevaux de bataille de la section. « On se retrouve encore dans la situation du plus blanc que blanc, commente Florent Renaudier, l'État français signe des accords européens sur le bio et y ajoute des contraintes. De véritables boulets de compétitivité pour nos agriculteurs.»

Comme Herta qui, selon Jacques Mousseau, « importe du porc bio du Danemark et casse ainsi le marché français ». Il est donc temps que les éleveurs bio s'organisent. C'est bien là l'un des objectifs de cette section en plein renouveau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53