Aller au contenu principal

Aurélien Ragot préside la section agriculture biologique

La section agriculture biologique de la Fdsea s'est réunie mardi dernier. Une section qui se relance et qui s'inscrit dans la défense de toutes les agricultures.

Aurélien Ragot, président de la section agriculture biologique.
Aurélien Ragot, président de la section agriculture biologique.
© VG

Avec Mickaël Guilloux, secrétaire général de la Fdsea de la Mayenne, nous voulions redynamiser la section bio », explique Florent Renaudier, président du syndicat majoritaire en Mayenne. « L'agriculture biologique représente environ 500 exploitants en Mayenne, le plus souvent en multiproductions », poursuit-il.« À la Fdsea, comme à la Fnsea, nous ne sommes pas pour un modèle unique. Toutes les façons de produire ont leur place. Et l'agriculture biologique est un marché à part entière. »

La section agriculture biologique de la Fdsea 53 a été officiellement relancée mardi 15 décembre. Avec, à sa présidence, Aurélien Ragot, éleveur laitier à Saint-Mars-du-Désert. « Mes parents avaient fait la conversion bio entre 2008 et 2010, raconte Aurélien Ragot. Je me suis installé à leur suite, en mai 2011. » Il se rapproche alors des JA. Trois ans après, « ayant dépassé l'âge des JA, j'ai rejoint la section cantonale de la Fdsea ». Il participe aussi à une réunion avec la section bio de la Frsea. « Au lieu de rouspéter dans mon coin, je préfère m'investir », nous déclare-t-il. Un investissement pas en solo, mais entouré d'une équipe. « Nous sommes ouverts à toutes les productions bio : volailles, maraîchage, céréales, arbo... », ajoute le néo-président de section. Pour développer sa section, il pourra aussi compter sur l'appui de la Frsea et de son président de section, Jacques Mousseau. Dans un domaine qui attire : « plus de 30 % des installations en Pays de la Loire sont en bio, souligne Jacques Mousseau, et la baisse des aides régionales n'a pas réduit le nombre de conversions.» Reste une problématique : « la rémunération », un des chevaux de bataille de la section. « On se retrouve encore dans la situation du plus blanc que blanc, commente Florent Renaudier, l'État français signe des accords européens sur le bio et y ajoute des contraintes. De véritables boulets de compétitivité pour nos agriculteurs.»

Comme Herta qui, selon Jacques Mousseau, « importe du porc bio du Danemark et casse ainsi le marché français ». Il est donc temps que les éleveurs bio s'organisent. C'est bien là l'un des objectifs de cette section en plein renouveau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Un gain de 4 kg par VL et par jour
En mars, le Gaec de la Leudrie figurait parmi les étapes du Robot day’s de Seenovia. L’exploitation, à cheval entre la Mayenne et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53