Aller au contenu principal

Assurer la continuité de la vie économique dans les territoires

Mardi 24 mars, le Premier ministre actait la fermeture des marchés locaux, estimant que la sécurité sanitaire des consommateurs n’était pas suffisante compte tenu de la promiscuité qui perdurait sur certains marchés. Une décision impactant de nombreux producteurs. Fnsea, chambres d’agriculture, maires et producteurs se sont donc organisés pour faire perdurer la vente de la production agricole.

Sylvia Goisbault, présidente du Drive fermier 53. Les commandes au Drive ont explosé cette semaine, passant de 120 à 380 !
Sylvia Goisbault, présidente du Drive fermier 53. Les commandes au Drive ont explosé cette semaine, passant de 120 à 380 !
© Coll. personnelle SG

Les initiatives sont nombreuses pour permettre aux producteurs de continuer à écouler leurs productions. Alors que le Drive Fermier 53 continue de fonctionner, il a vu ses commandes multipliées par trois depuis le début du confinement, comme l’explique Sylvia Goisbault, sa présidente : « la fermeture des marchés est regrettable, car nos producteurs avaient mis en place des choses pour limiter la propagation du virus. Ici, on n’est pas du tout dans le même contexte qu’à Paris. Au Drive fermier, on essaye d’aider nos producteurs qui ont des surplus de production. On a mis en place un troisième drive éphémère à Marigné-Peuton, au niveau de Bienvenue à la Ferme nationale ils ont simplifié les procédures pour pouvoir créer des points de retrait partout sur le territoire. Il y a des moyens mis en place pour aider les producteurs en collaborant avec Bienvenue à la Ferme ».

Protocole sanitaire

La Fnsea a participé à l’élaboration d’un protocole sanitaire, validé par le Gouvernement, pour permettre une réouverture des marchés en faisant la demande tout en assurant « une sécurisation maximale des personnes et de lutter contre la propagation du virus Covid-19 » explique la Fdsea de la Mayenne et les JA dans un communiqué. Une décision qui « montre la solidarité et la détermination des acteurs à poursuivre leurs activités dans le plein respect de la sécurité des personnes. Il doit ainsi permettre au préfet et aux maires mayennais d’accorder les autorisations d’ouverture des marchés alimentaires qui répondent à un besoin d’approvisionnement de la population, en leur donnant la capacité de vérifier si les conditions de leur organisation sont propres à garantir la santé des personnes. C’est essentiel pour la continuité de la vie économique dans les territoires » précise également la Fdsea et les JA. Actuellement, six communes mayennaises ont obtenu la possibilité de rouvrir leurs marchés (lire l’encadré). À Cossé-le-Vivien, le maire Christophe Langouet a également sollicité une dérogation auprès de la préfecture. « J’ai fait cette demande pour plusieurs raisons. La première et la plus évidente c’est de soutenir nos producteurs locaux. Par ailleurs, nous avons un petit supermarché sur la commune et je pense qu’avant le confinement, tous les habitants ne s’y rendaient pas, mais faisaient plutôt leurs courses à Laval ou à Craon. Aujourd’hui, ils y vont davantage et la réouverture du marché peut permettre d’avoir moins de monde à ce même endroit. Si nous pouvons relancer le marché, nous mettrons en place un parcours avec une entrée et une sortie et des agents les surveilleront pour assurer le respect des règles ». D’autres, comme Château-Gontiersur-Mayenne ou encore Changé, se sont organisées avec des points de vente ou de livraison sur différents lieux de la commune pour permettre aux producteurs locaux et aux commerçants ambulants de continuer à travailler. Elles s’appuient sur l’autorisation, sans demande spécifique auprès de la préfecture, des commerces non sédentaires ne nécessitant pas de pose au sol. Il s’agit de ceux équipés de camions ouverts comme les bouchers, les charcutiers, les fromagers, les pizzérias, etc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53