Aller au contenu principal

Agir pour la qualité de l’eau

Le Contrat territorial Eau est le cadre privilégié d’intervention de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, de la Région des Pays de la Loire, associant les départements de la Mayenne, de la Loire-Atlantique et de la Vendée pour améliorer la qualité des eaux.

Le 1er juillet 2020 à Laval, deux contrats territoriaux Eau pour la restauration des milieux aquatiques des bassins versants de la Mayenne médiane et de la Mayenne aval ont été signés par les parties prenantes.
Le 1er juillet 2020 à Laval, deux contrats territoriaux Eau pour la restauration des milieux aquatiques des bassins versants de la Mayenne médiane et de la Mayenne aval ont été signés par les parties prenantes.
© AF

Selon les enjeux des territoires, le contrat concerne un ou plusieurs thèmes : les pollutions diffuses, la restauration des cours d’eau, les zones humides ou la gestion quantitative. Il réunit les acteurs du territoire sur des enjeux identifiés et partagés et facilite la convergence des actions. En Pays de la Loire, 25 contrats sont en cours dans la région Pays de la Loire. 23 contrats proposent des actions pour restaurer les cours d’eau, 16 visent à réduire les pollutions diffuses agricoles, 4 proposent des actions pour améliorer la gestion quantitative, 10 proposent des actions en faveur des zones humides. Enfin, 16 contrats supplémentaires devraient être signés avant fin 2023. La Région participe aux financements de ces contrats, comme l’explique Laurent Gerault, Laurent Gerault, conseiller régional de la région des Pays de la Loire : « En juin 2017, la Région a fait de l’eau une priorité du mandat. En Pays de la Loire, seulement 10 à 11 % de l’eau est considérée comme étant de bonne qualité. C’est donc d’abord un sujet de santé publique. Il fallait donc mobiliser les acteurs sur la thématique de l’eau, car il y a urgence. Notre volonté politique se décline avec un fort partenariat sur les territoires. La gestion quantitative est essentielle, car nous avons la problématique de l’eau potable et des besoins agricoles et industriels. Il faut dépasser les clivages politiques et être soutenu par tous ».

Mayenne médiane et aval

Les deux contrats territoriaux Eau 2020-2022 préparés entre le Sybama (pour « syndicat de bassin de l’Aron, Mayenne et affluents »), le syndicat de bassin Javo (bassins versants de la Jouanne, agglomération de Laval, Vicoin et Ouette), l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, la Région des Pays de la Loire et le Département de la Mayenne, associant le Sage et l’État, incluent la Communauté de communes du Pays de Château-Gontier et la Fédération de la Mayenne pour la pêche et la protection du milieu aquatique, également porteuse d’actions. Les objectifs sont de restaurer les milieux aquatiques et humides, de lutter contre le ruissellement, l’érosion et de restaurer le bocage. Pour cela, les contrats ont convenu de deux programmes d’actions pour les trois prochaines années. Les actions porteront en particulier sur : la restauration de la continuité écologique et de la morphologie des cours d’eau, la restauration des zones humides et la plantation de haies. Louis Michel, président de la commission locale de l’eau du Sage Mayenne s’est dit confiant : « Avec ces contrats, on devrait arriver à rétablir une grande partie des cours d’eau en bon état écologique. La qualité de la ressource en eau est essentielle, car 60 % de l’alimentation en eau du département provient de la rivière de la Mayenne. Les plans d’eau sont notamment un enjeu très lourd. Les zones humides sont un réel débat. Nous devons protéger et reconquérir les zones humides. Ce n’est pas un sujet simple ». Philippe Savary, président du Sybama a précisé que « les travaux réalisés porteront en priorité sur les têtes de cours d’eau des bassins versants » pour la zone Mayenne Aron Mayenne amont. Robert Geslot, président du Syndicat du Javo est satisfait de la mise en place de ce contrat : « C’est le premier contrat qui porte sur l’ensemble du territoire du Javo. Auparavant, la gestion de l’eau était faite par les bassins versants. Dorénavant, il y a une plus forte implication financière de la Région. C’est avec une sincère gratitude que je vais signer aux noms des élus et du personnel ce contrat ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Préparer la saison de pâturage en organisant le parcellaire
La bonne organisation de son circuit de pâturage est la première précaution à prendre pour éviter les mauvaises surprises, mieux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53