Aller au contenu principal

Adapter la structure des bâtiments d’élevage au photovoltaïque

L’installation de panneaux solaires est de plus en plus fréquente sur les bâtiments agricoles. Les charpentiers-couvreurs doivent s’adapter aux contraintes liées à cette tendance. Le choix de la couverture est notamment un point sur lequel il est important de travailler.

© Paillard Charpentes

Depuis 3 à 5 ans, l’installation de panneaux photovoltaïques semble se démocratiser sur les bâtiments agricoles. C’est du moins ce que remarque Thomas Lebouc de l’entreprise Paillard Charpentes, installée à Grez-en-Bouère et spécialisée dans les bâtiments agricoles. Cette
année, rien qu’en Mayenne, elle travaille sur « 5 à 6 projets en cours ». Un développement sans doute permis par une « baisse des prix de la mise en place des panneaux solaires dus à leur démocratisation ».
Ces installations peuvent se faire sur des constructions déjà existantes ou neuves, d’élevages ou de stockage. « Nous faisons tout de même souvent du neuf. Les agriculteurs ont besoin de surfaces couvertes et en profitent pour mettre des panneaux solaires pour avoir davantage
de rentabilité. » L’entreprise travaille aussi de plus en plus sur des constructions destinées à l’élevage. « Pendant longtemps, il y en avait peu, car on craignait que les ondes gênent les animaux, mais aujourd’hui cela se démocratise. Si avant on avait un ou deux projets par an, cette année on en a 6 ou 7. »

Deux types de couvertures possibles

Mettre des panneaux photovoltaïques pèse sur la charpente. Il est nécessaire d’adapter la couverture des bâtiments en prenant compte de cette contrainte. Deux matériaux peuvent être utilisés : le fibro ciment ou le bac acier.
Le fibro ciment a l’avantage d’être naturellement anti-condensation. « Les panneaux solaires ne recouvrent jamais toute la surface du toit. Il y a toujours des accès. Quand il pleut ou qu’il grêle, le fibro va être plus confortable et apporter une meilleure ambiance. » Il est également moins cher que le bac acier. Cependant, l’intégration des panneaux solaires est plus onéreuse sur une couverture en fibro ciment, des aménagements étant nécessaires. Ce matériel est aussi relativement lourd. Lorsque des panneaux solaires y sont installés, cela peut nécessiter un renforcement de charpente. « De manière générale, les bâtiments construits par l’entreprise Paillard ont des couvertures en fibro. Problème, cela pèse 17 kg au m2. Si l’on pose des panneaux photovoltaïques, on ajoute 12 kg au m2. La charpente ne le supportera pas sans renforcement.
Le bac acier lui est bien plus léger puisqu’il ne pèse que 8 kg au m2. »
Dans les travaux de restauration sur des bâtiments déjà existants, l’entreprise préconise généralement d’enlever la couverture en fibro pour la remplacer par du bac acier.

Adapter la couverture au type de bâtiment

La couverture va également avoir tendance à changer en fonction de l’utilité des bâtiments. 95 % des constructions destinées à l’élevage ont des couvertures en fibro ciment. « Lors d’intempéries, ce matériel est naturellement moins bruyant. Cela permet donc d’avoir une meilleure ambiance pour les animaux. » Il résiste également mieux à leur présence. « Par exemple en bovins, le méthane dégagé par les vaches va être agressif pour le bac acier et favoriser sa corrosion. »

Pour les bâtiments de stockage en revanche le bac acier est généralement utilisé. « La structure va être moins onéreuse et souvent il y a de grands versants sur le sud. Le bac acier, plus léger, est mieux pour ne pas charger la charpente. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53