Aller au contenu principal

10 fiches pour identifier les vrais leviers et améliorer le revenu de votre atelier bovin viande

Il existe des systèmes rentables en viande bovine dans les Pays de La Loire.

© CAPDL

Comparez-vous selon votre système (naisseur, engraisseur) et race (charolaise, limousine, blonde aquitaine, parthenaise, rouge des prés) pour déterminer les points d’amélioration de votre élevage pour prélever plus de 2 Smic par personne grâce à votre atelier allaitant.

Comment les fiches sont-elles conçues ?

La Chambre d’Agriculture des Pays de la Loire, Bovins Croissance Sèvre Vendée Conseil et Seenovia ont centralisé les données de 1032 COUPROD réalisés entre 2015 à et 2017. Ces fiches abordent les éléments du coût de production aux 100 kg de viande vive produite, les paramètres zootechniques des élevages, le système fourrager, les leviers d’action et leurs impacts sur le revenu. Ces données décrivent la moyenne des éleveurs ainsi que les éleveurs du Top 10 qui arrivent à dégager entre 1 et 2 Smic de plus que la moyenne.

Des points communs entre les systèmes

Nous retrouvons des similitudes entre les systèmes pour expliquer les écarts de rentabilité. Dans tous les cas, le coût de production est le 1er paramètre expliquant les écarts intra système (50% chez les naisseurs-engraisseurs et 75% chez les naisseurs) avec systématiquement le poste achat d’aliments en tête, suivi par la mécanisation et le nombre d’Ugb élevée par exploitant.

Des différences importantes entre les systèmes

Le système naisseur-engraisseur reste le plus rémunérateur, entre 1,4 et 2,1 Smic par Umo en moyenne. Il est suivi par le système bio entre 1,74 et 1,39 Smic/Umo puis par le système naisseur de 0,7 à 1,38 Smic/ Unité de Main d’Œuvre. Ce constat est fait avec les paramètres « nombre d’ha/ Umo » et « nombre d’Ugb/ Umo » égaux, exceptés pour les systèmes en agriculture biologique possédant environ 40 Ugb de moins/Umo. De plus, on observe un effet race qui se répercute sur le prix de vente et sur la quantité de céréales autoconsommées en raison de l’exigence de finition de certaines races.

Se procurer les fiches

Saisissez dans votre moteur de recherche internet « COUPROD Chambres d’agriculture Pays de la Loire ». Vous pourrez ainsi accéder gratuitement à l’intégralité des fiches.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53