Aller au contenu principal

Une ration quasiment à la demande avec Lely

Vendredi 22 novembre 2019, Lely organisait une porte ouverte à Lassay-les-Châteaux pour présenter le dernier robot d'alimentation Vector, installé depuis juin au Gaec des Rongères.

Dans la cuisine, le grappin vient chercher les quantités nécessaires, selon la ration et le type de fourrage.
Dans la cuisine, le grappin vient chercher les quantités nécessaires, selon la ration et le type de fourrage.
© VG

Déjà équipé d'un robot de traite Astronaut A4 pour les 75 laitières, le Gaec des Rongères a acquis, en juin dernier, le Vector, un robot d'alimentation qui s'occupe de tout : depuis les parts de la ration jusqu'au repoussage des fourrages, en passant par le mélange et la distribution. « Il nous permet de nous dégager du temps pour d'autres tâches », explique Jean-Luc Derouet, un des trois exploitants du Gaec (2 UTH pour 3 associés).

Sous un hangar existant, un espace dédié à l'organisation des différents fourrages a été aménagé. Les fourrages sont déposés par les exploitants dans des cases tracées au sol. Au plafond, un rail permet au grappin de venir prendre les quantités nécessaires de chaque aliment (affouragement vert, maïs fourrager, betteraves, concentrés, minéraux...) pour les déposer dans le bol tout inox du mélangeur-distributeur. Ces quantités ont été préalablement entrées par les éleveurs dans l'ordinateur de pilotage du Vector. Au total, le bol du Vector (selon les modèles) peut recevoir jusqu'à 800 kg. À l'intérieur du bol, couteaux et contre-couteaux inox se chargent de composer des rations homogènes. Une fois le mélange réalisé (ici, on ajoute des concentrés et de l'eau, si besoin), le bol quitte la « cuisine » et se rend vers la stabulation en suivant son guide au sol. Il commencera ensuite la distribution, en silence (il fonctionne avec 4 batteries de 12 volts). Et régulièrement. « Son atout majeur et c'est un brevet Lely, c'est le laser. Le Vector est capable d'analyser la quantité restante de fourrage et de fournir uniquement là où il en manque », souligne-t-on du côté des commerciaux de la marque rouge. Les vaches, elles, ne sont pas effrayées par le passage du Vector. Elles ne se précipitent pas non plus. Elles savent que l'aliment est quasiment disponible en continu, selon leurs besoins, le robot effectuant jusqu'à 35 à 36 aller-retour par jour. Et puis, Vector a aussi la fonction de repousser les fourrages lorsqu'il repart à la cuisine. Un atout supplémentaire... « Il apporte du fourrage frais bien dosé et presque en continu. Il limite les pertes en repoussant au retour et nous fait gagner du temps. »

Lely vante un taux d'efficacité alimentaire en augmentation de 5,5 % en moyenne avec ce robot. Les éleveurs sont conquis. Les visiteurs de cette porte ouverte également. Reste le coût : « environ 165 000 à 175 00 euros, tout compris. Et on peut l'installer, comme ici, dans un bâtiment existant », dit-on chez Lely. Quant au coût d'entretien annuel, il avoisinerait « les 4 000 EUR ».
Mais Lely met aussi en avant les économies de charge pour qui acquiert le Vector : un système classique de distribution d'aliments utilisant du fuel reviendrait à 20 EUR/jour, le Vector à 1,40 EUR/jour, soit une économie (hors investissement) évaluée à 6 800 EUR/an ! À noter que le Vector, aux Rongères, alimente aussi l'atelier génisses et celui des taurillons.

A retrouver également en vidéo

La ration des laitières

Pour le troupeau laitier, le Vector mélange et distribue : 42,3 kg bruts d'ensilage de maïs, 6,4 kg bruts d'ensilage d'herbe, 3,2 kg MB de tourteaux de soja et colza, 0,9 kb MB de blé, 280 g de Turbomix Diamand, 80 g d'urée 80 % et 50 g de sel, soit une ingestion à l'auge de 22,5 kg MS. S'y ajoutent 1,14 kg de Zenith pro 7000 et 1,06 kg de Zenith lac 2 500 distribué lors de la traite par l'Astronaut A4. L'ingestion totale atteint donc 24,7 kg MS.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Préparer la saison de pâturage en organisant le parcellaire
La bonne organisation de son circuit de pâturage est la première précaution à prendre pour éviter les mauvaises surprises, mieux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53