Aller au contenu principal

Economie
Une champignonnière géante s’installe à Landivy

Une champignonnière géante va bientôt sortir de terre à Landivy. Ce projet est celui du groupe breton Lou Légumes.

© DR

Le groupe breton Lou Légumes, spécialisé dans le champignon frais, prévoit d’ouvrir une champignonnière géante à Landivy. La production devrait commencer en juin 2021. L’objectif de l’entreprise est de développer leur activité et de «refranciser» les champignons frais. «Aujourd’hui, 70 % des champignons commercialisés en France sont issus de l’importation. Il s’agit d’un produit fragile. C’est important que le lieu de production soit le plus proche possible du consommateur afin de garantir une plus grande qualité », indique Benoit Roze, codirigeant de Lou Légumes.

4500 tonnes de champignons

Lou Légumes a été séduit par Landivy pour plusieurs raisons : « nous voulions ouvrir un second lieu de production pour conserver des sites à taille humaine et multiplier nos bassins d’emploi. Nous souhaitons aussi recruter des personnes sensibles au milieu agricole, car nous travaillons avec du vivant. Et puis, nous avons eu de bonnes relations avec les élus locaux.»

Le site de Landivy s’étendra sur 12000 m2 et comptera 26 salles de culture. Lou Légumes prévoit d’y produire 4500 tonnes de champignons par an. «Nous ferons principalement des champignons de Paris, blancs et bruns, mais aussi des pleurotes et des shiitakes. Tout sera en bio », précise Benoit Roze.

Entre 130 et 140 CDI à pourvoir

Cette installation est une bonne nouvelle pour l’emploi. La société prévoit d’embaucher entre 130 et 140 CDI. «Nous recherchons surtout des cueilleurs et cueilleuses, mais aussi des équipiers qui aideront les cueilleurs, des personnes pour s’occuper de la culture et enfin des gens chargés de la partie nettoyage et qualité...»

Lou Légumes affirme « ne pas avoir de critères de recrutement». «Nous cherchons des candidats motivés souhaitant travailler dans une entreprise où il fait bon vivre.» Une formation interne sera dispensée aux nouveaux salariés. «Actuellement, il n’existe pas de formation qualifiante pour nos métiers », précise Benoit Roze. Le recrutement se fera en plusieurs étapes étalées sur un an et débutera aux mois de mai et juin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53