Aller au contenu principal

Usages de l’eau
Étiage : trois bassins déjà en état de crise

La sécheresse se poursuit et contraint la préfecture de la Mayenne à durcir les restrictions des usages de l’eau. 

© Tom53 via Wikipedia

Au regard de la baisse continue des débits des rivières, les restrictions pour les usages de l’eau s’intensifient en Mayenne. Après les mesures de restrictions prises le 7 juillet dernier, puis celles édictées le 12 juillet, le préfet a arrêté mardi 19 juillet de nouvelles mesures visant à réduire voire interdire certains prélèvements et usages. Finie la vigilance donc, le département est désormais en alerte avec trois bassins hydrologiques placés au stade ultime de crise. 

L’Oudon, la Mayenne médiane et aval, et la Mayenne amont Est en crise

La situation hydrologique s'est notablement aggravée la semaine dernière et ce lundi, avec des températures particulièrement hautes (on a dépassé les 40°C !) et l'absence de précipitations relevée. Tandis que le seuil d’alerte renforcée est atteint pour les bassins hydrographiques de la Mayenne amont ouest et de la Sarthe aval, et le seuil d’alerte atteint pour le bassin hydrographique de la Sarthe amont, trois territoires hydrographiques sont désormais placés en crise. Il s’agit de l’Oudon, la Mayenne médiane et aval, et la Mayenne amont est. Sur les 170 communes ainsi concernées, sont dès lors interdits depuis mercredi sauf exceptions prévues l’irrigation des grandes cultures (lire encadré), l’arrosage des massifs floraux, des terrains de sports et de loisirs, des espaces verts, des pelouses et des terrains de golf, le lavage des véhicules, des voiries et des façades, le remplissage ou la mise à niveau des plans d’eau, le remplissage des piscines privées d’une contenance supérieure à 1 m³ et les mouvements de vannes sur les cours d’eau. L’irrigation raisonnée des plantes au goutte-à-goutte, par micro-aspersion ou sous serres est également interdite. L’arrosage des potagers reste toutefois possible, de 20h à 8h, et limité au strict nécessaire. Les usages de l’eau non strictement nécessaires aux process de production ou à une activité professionnelle doivent être réduits autant que possible.

Des maïs au stade critique de la floraison

Jamais dans son histoire, le département de la Mayenne n’avait dû faire face à de telles mesures de restrictions d’eau si tôt dans la saison. Et malheureusement, ce ne sont pas les quelques mm d’eau tombés dans la nuit de mardi à mercredi sur le département qui viendront inverser les courbes des débits servant de références à l’administration... Comme ils ne viendront pas définitivement sauver les maïs, actuellement en floraison. À partir du stade 8 feuilles et jusqu’au stade mi-montaison, les besoins en eau augmentent très rapidement. Les maïs sont d’ailleurs au maximum des besoins en eau du stade mi-montaison au stade limite d’avortement des grains. La période pré- et post-floraison constitue donc un stade particulièrement sensible au stress hydrique. Sans eau durablement, le nombre de grains par épi pourrait se voir impacté, tout comme in fine le rendement de la production et la valeur alimentaire du fourrage en cas d’ensilage.  

Dernière minute : des dérogations obtenues pour les irrigants 

À la demande de la profession agricole, le préfet de la Mayenne a consenti des mesures exceptionnelles permettant l'irrigation des cultures (aspersion et goutte-à-goutte) sur les trois bassins versants mayennais en crise. Cette dérogation est en outre encadrée par des dates et des heures d’autorisation. 

À savoir : 

Pour les grandes cultures, cultures annuelles, vergers en aspersions hors catégories cultures sensibles et irriguées par des techniques économes :

- irrigation uniquement de 20h à 8h,

- 4 nuits/semaine, soit les nuits suivantes : jeudi 21/07 à vendredi 22/07, lundi 25/07 à mardi 26/07, mardi 26/07 à mercredi 27/07 et mercredi 27/07 à jeudi 28/07.

Pour les cultures sensibles, irriguées au goutte-à-goutte : maintien d'une irrigation quotidienne limitée au strict besoin des productions sur la plage horaire 18h-14h.

Les communes des trois bassins placés en crise

Territoire de la Mayenne amont Est : Ambrières-les-Vallées, Chantrigné, Charchigné, Chevaigné-du-Maine, Couptrain, Crennes-sur-Fraubée, Javron-les-Chapelles, La Pallu, Lassay-les-Châteaux, Le Ham, Le Horps, Le Housseau-Brétignolles, Le Ribay, Lignières-Orgères, Madré, Neuilly-le-Vendin, Pré-en-Pail-Saint-Samson, Rennes-en-Grenouilles, St-Aignan-de-Couptrain, St-Calais-du-Désert, St-Cyr-en-Pail, St-Julien-du-Terroux, Ste-Marie-du-Bois, Thuboeuf, Villepail.

Territoire de la Mayenne médiane et aval : Ahuillé, Alexain, Andouillé, Argentré, Aron, Astillé, Bais, Bazougers, Belgeard, Bierné-les-Villages, Bonchamp-lès-Laval, Bourgon, Brée, Carelles, Chailland, Châlons-du-Maine, Champéon, Champgenéteux, Changé, Château-Gontier-sur-Mayenne, Châtelain, Chemazé, Commer, Contest, Coudray, Daon, Entrammes, Ernée, Évron, Forcé, Fromentières, Gennes-Longuefyue, Gesnes, Grazay, Hambers, Hardanges, Houssay, Jublains, Juvigné, L’Huisserie, La Baconnière, La Bazoge-Montpinçon, La Bazouge-des-Alleux, La Bigottière, La Brûlatte, La Chapelle-Anthenaise, La Chapelle au Riboul, La Chapelle-Rainsouin, La Croixille, La Gravelle, La Haie-Traversaine, La Pellerine, La Roche-Neuville, Larchamp, Launay-Villiers, Laval, Le Bourgneuf-la-Forêt, Le Genest-Saint-Isle, Lévaré, Livet, Loupfougères, Louverné, Louvigné, Maisoncelles-du-Maine, Marcillé-la-Ville, Martigné-sur-Mayenne, Mayenne, Ménil, Mézangers, Montenay, Montflours, Montigné-le-Brillant, Montreuil-Poulay, Montsûrs-St-Cénéré, Moulay, Neau, Nuillé-sur-Vicoin, Olivet, Origné, Parigné-sur-Braye, Parné-sur-Roc, Placé, Port-Brillet, Quelaines-St-Gault, Ruillé-Froids-Fonds, Sacé, St-Baudelle, St-Berthevin, St-Denis-de-Gastines, St-Fraimbault-de-Prières, St-Georges-Buttavent, St-Germain-d’Anxure, St-Germain-le-Fouilloux, St-Germain-le-Guillaume, St-Hilaire-du-Maine, St-Jean-sur-Mayenne, St-Loup-du-Gast, St-Ouen-des-Toits, St-Pierre-des-Landes, St-Pierre-la-Cour, Sainte-Gemmes-le-Robert, Soulgé-sur-Ouette, Vautorte, Villiers-Charlemagne.

Territoire Oudon : Athée, Ballots, Beaulieu-sur-Oudon, Bouchamps-les-Craon, Brains-sur-les-Marches, Chérancé, Congrier, Cosmes, Cossé-le-Vivien, Courbeveille, Craon, Cuillé, Denazé, Fontaine-Couverte, Gastines, La Boissière, La Chapelle-Craonnaise, La Roë, La Rouaudière, La Selle-Craonnaise, Laubrières, Livré-la-Touche, Loiron-Ruillé, Marigné-Peuton, Mée, Méral, Montjean, Niafles, Peuton, Pommerieux, Prée d’Anjou, Renazé, St-Aignan-sur-Roë, St Cyr-le-Gravelais, St-Erblon, St-Martin-du-Limet, St-Michel-la-Roë, St-Poix, St-Quentin-les-Anges, St-Saturnin-du-Limet, Senonnes, Simplé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Manifestation agricole : pneus et haies à Laval

L’action « Blocage des services de l’État », mardi 30 et mercredi 31 janvier 2024, par la FDSEA et les JA de la…

En porc bio aussi, on marche sur la tête

Lors d’un traditionnel « petit-déjeuner parlementaire », les sénateurs et députés mayennais ont été témoins d’une aberration…

Romain Herbaudeau (à gauche), salarié au Gaec Duchemin à Chantrigné, et Lionel Leudière, animateur des ventes chez Ekip'Élevage, aux côtés des trois modèles existants de la gamme Zosh qui sont tous personnalisables et tous « made in France ». En effet, les Zosh sont entièrement fabriquées dans la Sarthe. Il faut compter environ 4 000 euros pour se procurer cet engin.
Ils sont passés chez Zosh

Des agriculteurs mayennais ont fait le choix d’investir dans une trottinette électrique de la marque Zosh pour leurs tâches…

Les participants de la table ronde (de gauche à droite) : Franck Yvert, Samuel Moy, Christophe Barayré, Franck Poché et Michel Gaudin.
AG de APLBL Craon-Fougerolles : la considération, pas facile à partager…

C’est sur le thème de la considération que s’est tenue la table ronde de l’assemblée générale de l’APLBL Craon-Fougerolles,…

François Blot, président des JA 53: « Je ne regrette rien et je pars heureux ! »

Jeudi 29 février, ce sera la dernière assemblée générale des Jeunes Agriculteurs de la Mayenne pour François Blot en tant que…

Producteur pour Norea : « On ramasse 17 000 œufs en 1 heure »

Producteur d’œufs à Montenay, le Gaec des Oliviers et ses 18 000 poules rousses produisent 17 000 œufs par jour. Une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 103€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53