Aller au contenu principal

Santé au travail
Travail sur écran :  prévenir les maux

Au travail, les tâches réalisées sur écran prennent chaque jour une ampleur nouvelle, que ce soit sur ordinateur au bureau, portable, tablette ou smartphone sur le terrain. Y sont associées des pathologies particulières qu'il est possible d'éviter par une prévention simple et adaptée.

© MSA

La profession agricole est plus souvent décrite comme une succession de travaux physiques que sédentaires. Pourtant, en milieu rural aussi, l'activité sur écran prend peu à peu une importance jusqu'alors insoupçonnée. Qu'il s'agisse de gestion d'exploitation, de secrétariat administratif, de pilotage de machines assisté par ordinateur... la position assise gagne aussi du terrain en campagne.

Qui dit station assise prolongée devant l'écran dit donc adaptation du poste de travail et précautions à suivre pour contrer l'apparition possible de pathologies particulières, telles que douleurs lombaires, de la nuque, tendinite, fatigue oculaire...

 

Adaptez votre environnement de travail

Si vous devez passer de longues heures devant votre ordinateur, il parait logique que cela soit dans les meilleures conditions possibles. Il ne vous viendrait par exemple pas à l'esprit de travailler sur votre exploitation sans vêtements solides, ni équipements de protection. Même si le danger est ici moins immédiat, plus insidieux pour votre santé, il se manifeste dans la répétition des gestes associée à une posture inadaptée.

Voici donc quelques conseils simples pour optimiser votre comportement :

  • positionnez votre siège parallèlement à votre bureau et asseyez-vous bien en appui au fond de votre siège, de préférence muni d'accoudoirs réglables et positionnés dans le prolongement du plateau de votre bureau. L’appui tête n’est pas conseillé sauf en cas de problèmes (cervicalgie…),
  • posez votre avant-bras en appui sur le bureau. Réglez la hauteur du siège pour positionner votre avant-bras à 90° au niveau du coude.
  • votre épaule doit être en position normale, ni trop haute, ni trop basse,
  • vous pouvez remettre votre siège en position normale, face au bureau,
  • si votre siège le permet, vous pouvez régler la profondeur de l’assise en laissant un espace de 3 doigts entre le creux derrière votre genou et le siège. Vous pouvez régler également le renfort lombaire (à hauteur de la ceinture du pantalon). Ne bloquez pas le dossier et réglez la retenue.
  • positionnez votre écran à une distance d’environ 50 à 70 cm de vous (environ un bras)
  • réglez la hauteur de votre écran. Il doit être placé face à vous, le tiers supérieur de l’écran à la hauteur des yeux, et perpendiculaire aux fenêtres. Sa luminosité est fonction de la lumière de la pièce et du moment de la journée. Si vous portez des verres progressifs, pensez à baisser votre écran. Si vous travaillez avec deux écrans, vous devez placer le milieu des deux écrans face à vous. Cependant, si vous utilisez principalement un écran et un autre en secondaire, placez ce dernier sur le côté (environ 15 degrés). Pensez à effectuer des pauses visuelles régulières.
  • votre clavier doit être posé à plat, dans l'alignement de votre écran, à 15 centimètres à peu près du bord de votre bureau,
  • la taille de votre souris doit être adaptée à celle de votre main. Elle doit être placée le plus proche de vous possible, votre avant-bras doit rester dans le prolongement de votre bras. Evitez les sous-mains,
  • vos pieds sont à mettre à plat ou sur un repose-pieds (conseillé pour les personnes de moins d’ 1,72 m),
  • votre espace ordinateur doit être organisé en trois zones pour permettre un travail efficace. La plus proche de vous ne comprend que les objets nécessaires à votre travail habituel (clavier, souris...), la deuxième regroupe ce qui sert au travail occasionnel (téléphone, calculatrice, stylos...), la troisième, hors de l'aire de travail, rassemble tout le reste (écran, plante verte, dossiers classés...).

 

Soignez votre hygiène de vie

Afin de privilégier votre santé et prévenir les troubles musculo squelettiques (ensemble d’affections de l’appareil locomoteur se traduisant par des douleurs et une gêne fonctionnelle), pratiquez une activité physique régulière adaptée à vos envies et vos possibilités. 20 à 30 minutes d’activité physique par jour suffisent.
De plus, l’hydratation est essentielle. Elle contribue, tout au long de la journée, à donner à votre corps et votre esprit le carburant nécessaire. Votre vigilance et votre concentration s’amélioreront tandis que vos douleurs diminueront.
Enfin, ne restez pas seuls face aux difficultés rencontrées sur le lieu de travail. Face aux risques psychosociaux (violence externe, interne, stress) le silence et le repli sur soi n’est pas une solution. 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Sima 2022 : quatre exposants mayennais, quatre matériels phares
Du 6 au 10 novembre, quatre entreprises mayennaises étaient présentes à la 100e édition du Sima au parc des expositions Paris…
L'Open Dairy Show est organisé par l'association Vach'Open Show, basée à Pommerieux, en Mayenne.
Holstein : grande première pour l’Open Dairy Show
Vendredi 25 et samedi 26 novembre 2022, le parc Saint-Fiacre de Château-Gontier-sur-Mayenne accueillera l’Open Dairy Show. Ce…
Lait : un Gaec, deux Astronaut, deux Discovery
Vendredi 18 novembre 2022, dans le cadre des 30 ans de son premier robot de traite, Lely proposait une ferme ouverte : celle du…
Départemental Prim’Holstein : Orbella sur la plus haute marche
Une soixantaine d’animaux de la race Prim’Holstein ont défilé sur le ring de Château-Gontier, samedi 5 novembre, pour le concours…
Haies : la jeunesse mayennaise veille sur le bocage
Lundi 14 novembre 2022, la Fédération régionale des chasseurs (FRC) des Pays de la Loire organisait une plantation de haies…
Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest
La luzerne : « c’est 2 500 kg de protéines par hectare »
Interview de Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest, de retour du congrès mondial de la luzerne qui s'est tenu à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 90€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53