Aller au contenu principal

Communiqué
Suite aux violentes intempéries, le Pays de Meslay-Grez demande l’état de catastrophe naturelle

Le 20 mai 2022, au matin, un phénomène climatique exceptionnel a affecté le Sud Mayenne et en particulier des communes du Pays de Meslay-Grez. La communauté de communes vient de demandé la reconnaissance de catastrophe naturelle. 

À Arquenay, dans un champ, quelques heures après la violente averse de grêle.
© Service Com' Pays de Meslay-Grez

Le 20 mai 2022 matin, un phénomène climatique exceptionnel a affecté le Sud Mayenne et en particulier des communes du Pays de Meslay-Grez.

Localement, les situations ont été très intenses, avec notamment de fortes précipitations de grêlons, de pluies, d’importantes rafales de vent sur le secteur d’Arquenay, Bannes, Bouère, Chémeré-le-Roi, Cossé-en-Champagne, La Bazouge de Chémeré, La Cropte, Le Bignon du Maine, Le Buret, Maisoncelles du Maine, Meslay du Maine, Préaux, Ruillé-Froid-Fond, Saint-Charles-la-Forêt, Saint-Denis du Maine, Val du Maine, Villiers-Charlemagne.
Les autres communes sembleraient moins exposées.

Un tel événement est exceptionnel et les dégâts occasionnés sont majeurs, tant au niveau des agriculteurs, des entreprises que des particuliers.

Le premier bilan qui peut être dressé à ce jour est de près de 7 500 hectares de cultures endommagées concernant une centaine d’agriculteurs sur le territoire du Pays de Meslay-Grez et sur les communes limitrophes. Parmi ces derniers, on dénombre des jeunes exploitants. Des exploitations, totalement impactées, vont être en très grande difficulté financière entrainant une détresse psychologique de certains agriculteurs.

Par ailleurs, des habitations et des entreprises ont également subi des dommages très importants, notamment au niveau des toitures, qui vont gravement les impacter financièrement. Des coulées de boues ont bouché des fossés.

Face à cette situation, il est demandé que le statut de catastrophe naturelle soit reconnu.

Tous les élus du Conseil communautaire, solidaires avec les agriculteurs, entreprises et particuliers, gravement touchés par ce phénomène météorologique exceptionnel :

- sollicitent l’Etat afin que des aides exceptionnelles soient accordées aux agriculteurs dans les plus brefs délais pour ne pas mettre en péril leur activité ;

- demandent que l’ensemble des acteurs de la filière agricole se réunissent rapidement afin que toutes les mesures soient étudiées pour permettre une reprise rapide de l’activité ;

- demandent le classement en catastrophe naturelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Interview : Adrienne Bureau, nouvelle présidente du groupe Romet
« C’est le rapport humain qui fait la force du groupe », affirme la nouvelle présidente du groupe Romet. Entretien.
Vaubernier : échanges virils, mais corrects
Jeudi 9 juin, l’OP de Vaubernier organisait son assemblée générale à Alexain. Sophie Geissler, directrice générale de la…
Photographiez l’Agriculture positive en Mayenne
Vous avez jusqu’au 15 juillet pour participer au concours photo, édition 2022, organisé par les Jeunes Agriculteurs de la Mayenne…
Aurélien Maunier, la réussite du plein air en élevage allaitant
Jeudi 30 juin 2022, entre 9 h 30 et 17 h, une journée portes ouvertes sera organisée au Gaec de la Rose, au lieu…
Orge, colza, blé : les silos d’Agrial prêts à stocker
Il y a quelques jours, l’orge a donné le coup d’envoi des moissons 2022. En attendant les colzas et les blés, la coopérative…
Une évolution peu marquée des prix des terres
Comment a évolué le marché foncier en Mayenne et dans la région ? La Safer livre ses premières analyses basées sur une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 90€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53