Aller au contenu principal

Sous quelles conditions peut-on encore avoir recours au glyphosate ?

Depuis octobre 2020, les conditions d’emploi du glyphosate ont été modifiées en France. Rappels du cadre réglementaire actuellement en vigueur.

Les modifications d’emploi du glyphosate concernent uniquement l’usage « Traitements généraux-Désherbage-Interculture, jachères et destruction de culture »*.

En grandes cultures, ces usages recouvrent la destruction de couverts végétaux d’interculture, de repousses de cultures, d’adventices vivaces, annuelles ou ligneuses, en vue de semer ou d’implanter une nouvelle culture en limitant la concurrence avec les adventices.

La possibilité d’employer du glyphosate dépend de la technique de travail du sol (labour ou non), de la période de semis de la culture suivante (automne ou printemps) et de l’hydromorphie du sol. En revanche, elle ne dépend pas du type d’adventice, de couvert ou de repousse, exception faite des luttes obligatoires réglementées.

Ainsi, le glyphosate reste autorisé en non-labour (que ce soit avant une culture d’hiver ou une culture de printemps et quel que soit le type de sol) à la dose maximale annuelle de 1 080 g/ha. Il reste également autorisé après un labour d’été ou de début d’automne avant une culture de printemps implantée sur un sol hydromorphe à la dose maximale de 1 080 g/ha par an également.

De plus, le glyphosate est autorisé à la dose de 2 880 g/ha dans le cadre de la lutte réglementée obligatoire (ambroisie…) et dans quelques cas de lutte contre des organismes nuisibles réglementés (présence de bactérie de quarantaine ou de nématodes sur repousses de pomme de terre…). Les modalités (par exemple le nombre d’applications) sont spécifiées sur l’étiquette.

*Dans un rapport publié le 9 octobre 2020, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a dévoilé les résultats de son évaluation comparative des alternatives au glyphosate pour cet usage. Cette étude rentre dans le cadre de l’article 50.2 du règlement européen 1107/2009.

 

Pas de solution chimique pour remplacer le glyphosate

Les perspectives d’offre de substances actives pour remplacer le glyphosate sont minces à court terme, notamment pour une efficacité sur les graminées. Actuellement, les deux seules substances actives de synthèse homologuées pour l’interculture — le 2.4 D et le Dicamba — ont uniquement un spectre antidicotylédones (tableau 2).
Le seul bioherbicide actuellement autorisé en grandes cultures est l’acide pélargonique (Beloukha), lui aussi efficace essentiellement sur dicotylédones. Son action de contact est rapide, mais brève : les symptômes sont visibles généralement seulement quelques heures après application, puis les efficacités observées décroissent au fil du temps. L’effet contact implique que si les apex ne sont pas touchés, les adventices traitées sont capables de continuer leur croissance. Ce type de produit nécessite donc plusieurs passages, pour une efficacité finalement plus limitée que celle du glyphosate et un coût très largement supérieur.
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

« Notre regard sur l’agriculture a forcément changé »
Les métiers de l’agriculture sont sous tension depuis plusieurs années, avec des difficultés de recrutement dans de nombreux…
Lactalis : les OP acceptent la baisse de production laitière de 2 % par an pendant 3 ans
Le groupe Lactalis a demandé aux OP de baisser les volumes de lait produits de 2 % par an pendant 3 ans. Une demande entendue qui…
Changement de tête chez Seenovia : Éric Lemaître remplace Philippe Royer
Le 7 février, Philippe Royer quittera officiellement ses fonctions de directeur de Seenovia et de Seenergi. Éric Lemaître…
FDSEA ET JA 53 : un échange fructueux avec la Région
Mercredi matin, une délégation du Conseil régional était à Montsûrs pour un échange avec les représentants de la FDSEA et des JA…
Terre en Fête 2022 : ça se prépare déjà !
Les Jeunes Agriculteurs du canton de Châteeau-Gontier-sur-Mayenne sont en pleine préparation de l'édition 2022 de Terre en Fête…
Neuf réunions pour s’informer sur la réforme de la Pac
Comme à chaque réforme, la nouvelle programmation de la Politique agricole commune réserve son lot de nouveautés. En anticipation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 90€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53