Aller au contenu principal

Situation préoccupante pour le cidre

Avec le coronavirus et la fermeture de la restauration, les stocks de cidre ont des difficultés à s’écouler.

Denis Rouland, président de l’association des Cidres de Loire, inquiet pour la filière cridricole, fortement impactée par les mesures prises contre le Covid-19.
Denis Rouland, président de l’association des Cidres de Loire, inquiet pour la filière cridricole, fortement impactée par les mesures prises contre le Covid-19.
© Denis Rouland

Selon Denis Rouland, président de l’association des Cidres de Loire, au niveau national « 40 à 50 % des volumes » n’ont pas pu être vendus depuis le 15 mars. « Les coopératives et cidreries vont avoir des cuves pleines à la récolte et, malheureusement, elles ne vont pas pouvoir prendre toutes les pommes. C’est très inquiétant. »

S’il reste certains débouchés via les grandes surfaces, la vente directe et le développement des circuits courts, ils sont insuffisants. « Les ventes ont baissé de 10 à 15 % en grande surface et nous, à la vente à la ferme, on ne voit personne. Les gens ne se déplacent pas pour une bouteille de cidre. »
Pour certains, le pire reste à venir. À partir du mois de mai, les longs week-ends et les beaux jours sont synonymes de soirées en famille, entre amis, de festivals, d’événements associatifs... « Ce sont des moments festifs qui dans le département avaient pris le parti de mettre nos produits en avant. » Problème : beaucoup sont annulés. « On est coupé dans notre élan et on ne sait pas comment sera l’avenir. La situation est vraiment préoccupante. »

Plan de soutien demandé

Aussi, pour soutenir la filière cidricole, très touchée par l’effondrement de la restauration hors domicile, son interprofession (Unicid) demande, dans un communiqué du 27 avril 2020, un « plan de soutien fort », comprenant notamment des mesures de dégagement de cidre (distillation industrielle) et de pommes à cidre. Contrairement à la filière viticole, la cidriculture n’est pas concernée par les mesures d’urgence proposées la semaine dernière par Bruxelles, comme la distillation de crise. L’Unicid estime que 200 000 hectolitres de cidre et 100 000 tonnes de pommes sont « à retirer du marché ». L’interprofession demande également une « réinscription du cidre sur la liste des produits à base de fruits et légumes transformés dans l’Ogganisation commune de marchés (OCM) fruits et légumes » et des « mesures d’appui financier à la communication de crise ». Elle demande enfin « des allègements de charges, des dispositions fiscales, sociales, bancaires, commerciales et liées à la gestion des investissements ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53