Aller au contenu principal

Situation préoccupante pour le cidre

Avec le coronavirus et la fermeture de la restauration, les stocks de cidre ont des difficultés à s’écouler.

Denis Rouland, président de l’association des Cidres de Loire, inquiet pour la filière cridricole, fortement impactée par les mesures prises contre le Covid-19.
Denis Rouland, président de l’association des Cidres de Loire, inquiet pour la filière cridricole, fortement impactée par les mesures prises contre le Covid-19.
© Denis Rouland

Selon Denis Rouland, président de l’association des Cidres de Loire, au niveau national « 40 à 50 % des volumes » n’ont pas pu être vendus depuis le 15 mars. « Les coopératives et cidreries vont avoir des cuves pleines à la récolte et, malheureusement, elles ne vont pas pouvoir prendre toutes les pommes. C’est très inquiétant. »

S’il reste certains débouchés via les grandes surfaces, la vente directe et le développement des circuits courts, ils sont insuffisants. « Les ventes ont baissé de 10 à 15 % en grande surface et nous, à la vente à la ferme, on ne voit personne. Les gens ne se déplacent pas pour une bouteille de cidre. »
Pour certains, le pire reste à venir. À partir du mois de mai, les longs week-ends et les beaux jours sont synonymes de soirées en famille, entre amis, de festivals, d’événements associatifs... « Ce sont des moments festifs qui dans le département avaient pris le parti de mettre nos produits en avant. » Problème : beaucoup sont annulés. « On est coupé dans notre élan et on ne sait pas comment sera l’avenir. La situation est vraiment préoccupante. »

Plan de soutien demandé

Aussi, pour soutenir la filière cidricole, très touchée par l’effondrement de la restauration hors domicile, son interprofession (Unicid) demande, dans un communiqué du 27 avril 2020, un « plan de soutien fort », comprenant notamment des mesures de dégagement de cidre (distillation industrielle) et de pommes à cidre. Contrairement à la filière viticole, la cidriculture n’est pas concernée par les mesures d’urgence proposées la semaine dernière par Bruxelles, comme la distillation de crise. L’Unicid estime que 200 000 hectolitres de cidre et 100 000 tonnes de pommes sont « à retirer du marché ». L’interprofession demande également une « réinscription du cidre sur la liste des produits à base de fruits et légumes transformés dans l’Ogganisation commune de marchés (OCM) fruits et légumes » et des « mesures d’appui financier à la communication de crise ». Elle demande enfin « des allègements de charges, des dispositions fiscales, sociales, bancaires, commerciales et liées à la gestion des investissements ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53