Aller au contenu principal

Se protéger
Se prévenir des méfaits en élevage équin

Depuis le mois de mai dernier, de nombreux cas de malveillances et de mutilations envers les animaux, notamment les chevaux, ont été recensés en France. À la demande de la Fdsea de la Mayenne, la gendarmerie nationale a apporté ses conseils de protection aux éleveurs de chevaux.

« C’est un sujet particulièrement difficile. On a subi un déferlement à partir du mois d’août 2020 dans le département qui nous a tous déstabilisés. La surmédiatisation de ces événements a créé une psychose et un certain nombre de copiages de ces méfaits », explique Eric Avdeew, officier adjoint au commandement de la gendarmerie en Mayenne. La première attaque en Mayenne a eu lieu dans la nuit du 21 au 22 août, à Colombiers-du-Plessis. « Malgré tout ce qui a pu être écrit dans la presse, la jument s’en est sortie et son poulain aussi », explique Serge Guérinel, propriétaire de la jument. Si les frais vétérinaires s’élèvent à plus de 1 000 €, notamment pour la période d’hospitalisation, c’est encore un traumatisme pour lui : « C’est moralement que c’est le plus dur, et pour ça, il n’y a pas d’indemnisation ».

Enquêtes en cours

En Mayenne, la gendarmerie a procédé à 183 interventions pour des signalements suspects. 19 procédures judiciaires sont encore en cours. Parmi elles, huit, pour lesquelles « l’intervention d’un tiers n’est pas à exclure ». Mais les prélèvements effectués sur place n’ont pas permis d’identifier de suspects. Il y a eu des interpellations, pour divers motifs, « des personnes déstabilisées psychologiquement ou encore des zoophiles », détaille le chef d’escadron.

Pas de réseau organisé

L’emballement médiatique et les réseaux sociaux ont contribué à la diffusion de fausses informations. « On a pu constater qu’il n’y a pas de logique de réseau organisé en France, d’après les données recueillies sur l’ensemble du territoire. Tous les faits sont recensés dans une base centrale et comparés. Il y a aussi eu un grand nombre d’informations non vérifiées qui ont pu circuler, notamment sur les réseaux sociaux », expliquent les gendarmes. Gaëlle Bonnaudet, gérante des Écuries du Loup à Saint-Loup-du-Dorat a tenu à souligner le soutien qu’elle a ressenti de la part des gendarmes durant la période où se sont majoritairement déroulés les faits. « On s’est senti soutenu dès le début par la gendarmerie. Ils ont effectué des rondes régulièrement. »

Ne pas se faire justice

La gendarmerie a aussi craint l’organisation de milices, de groupes de personnes cherchant à faire justice eux-mêmes. « Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de cohérence nationale qu’on n’a pas le droit de réclamer justice au niveau local. Mais, il n’est pas autorisé par la loi de rendre justice soi-même. Tout comme on peut lâcher les chiens pour faire fuir d’éventuels intrus, mais pas de les utiliser comme une arme en leur demandant d’attaquer », rappelle Eric Avdeew. Les personnes souhaitant surveiller leurs propriétés avec des drones ont également posé problème.  « Nous avons réalisé 30 interventions sur présence de drones. Souvent, il s’agissait de voisins qui voulaient se protéger, mais cela engendre au final des suspicions non fondées. D’autant plus qu’il est interdit de faire voler un drone de nuit », ajoute-t-il.

Les référents sûreté de la gendarmerie de la Mayenne peuvent intervenir gratuitement sur demande, pour effectuer des rondes, en cas d’absence prolongée, mais aussi dans les entreprises pour réaliser un bilan sécurité et prodiguer des conseils à mettre en œuvre pour mieux se protéger des intrusions et des malveillances.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prairies : 40 % de dégrèvement
La décision a été prise cette semaine. Les dégrèvements de la taxe sur le foncier non bâti, obtenus grâce à la Fdsea, sont de 40…
Tracteurs à la pointe à l’Urma de Laval
Grâce au Groupe Romet, l’Urma, qui prépare notamment aux métiers de la mécanique agricole à Laval, a pu se doter de deux…
Xavier Lefort, nouveau préfet de la Mayenne
Le 8 mars prochain, Xavier Lefort va remplacer Jean-Francis Treffel à la tête de la préfecture de la Mayenne. Une première…
Les agriculteurs dénoncent « l’attitude irresponsable des GMS »
À quelques jours de la fin des négociations commerciales, les relations entre producteurs et grande distribution sont très…
Produire et consommer local
À Craon, un nouveau local commercial est sorti de terre depuis quelques semaines. Il accueillera le magasin de producteurs « Le…
Produits mal étiquetés : rayons vidés !
Alors que les négociations commerciales s’achèvent ce dimanche à minuit, la Fdsea et les JA 53 se sont mobilisés dans les centres…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53