Aller au contenu principal

Retard au semis, des solutions ?

Les intempéries empêchent toujours de nombreux agriculteurs d'effectuer les semis de céréales d'hiver. Arvalis - Institut du végétal a présenté mardi ses recommandations techniques, aux agriculteurs, dans le cadre d'une réunion d'information tenue à Saint-Jean-de-Linières.

Les chantiers agricoles tournent au ralenti. On considère qu'il reste environ 30 % des surfaces à semer en Pays
de la Loire, et les agriculteurs ayant déjà semé l'ont souvent effectué dans des conditions difficiles.
Les chantiers agricoles tournent au ralenti. On considère qu'il reste environ 30 % des surfaces à semer en Pays
de la Loire, et les agriculteurs ayant déjà semé l'ont souvent effectué dans des conditions difficiles.
© Anjou Agricole

Novembre 2019 a été le 4e mois de novembre le plus pluvieux depuis 1960, et depuis mi septembre, seulement 1 journée sur 10 s'est achevée sans qu'une goutte tombe. Ces conditions météorologiques extrêmes ont une forte incidence sur les semis de blé, amenant de lourdes inquiétudes chez les agriculteurs. Le sujet des retards de semis a été abordé lors de la journée d'information technique organisée par Arvalis - Institut du végétal, le mardi 3 décembre, à Saint-Jean-de-Linières. Pour Anne-Monique Bodilis, ingénieure régionale, « dans des situations particulières, il est important de faire au cas par cas. En fonction de la portance, du stade des cultures, des prévisions météo..., les conduites devront être réfléchies parcelle par parcelle ».

Risques importantspour la récolte 2020

Si semer tardivement n'entraîne pas nécessairement une mauvaise récolte, le cycle de la culture s'en retrouve raccourci et il faut s'attendre à une perte de potentiel de rendement a minima à hauteur de 8 %. L'institut estime de plus qu'un semis effectué dans des conditions difficiles au-delà de début décembre peut entraîner une perte de 30 q/ha. Ainsi, pour minimiser les risques de
mauvaises surprises lors de la récolte 2020, il convient de choisir des variétés à haut potentiel, précoces et présentant une bonne alternativité (capacité à monter à épiaison
malgré une faible durée de vernalisation).

Dorénavant, les variétés tardives telles que Chevignon, Fluor ou Mutic sont à éviter. En revanche, des variétés telles que Filon, Oregrain ou Calumet peuvent tout à fait être implantées, celles-ci pouvant même être semées jusqu'en février. Des agriculteurs ont demandé l'intérêt qu'aurait un semis printanier du blé tendre d'hiver. Selon les expérimentations réalisées par Arvalis, c'est envisageable avec certaines variétés, mais la perte de rendement potentiel avoisine les 60 % en moyenne.

Adapter les pratiques

Au moment du semis, Arvalis-Institut du végétal préconise une augmentation de la densité de grains/m2, allant de 350 grains/m2 pour des limons sains jusqu'à 400 grains/ m2 dans des sols argileux.
Selon les ingénieurs, un semis tardif tend à diminuer la pression des adventices, mais il convient d'adapter ses traitements phytosanitaires au stade de celles-ci. La météo compliquant le passage des machines, certaines graminées auront atteint un stade supérieur à 1 feuille. Ainsi, on privilégiera des traitements dits de printemps (Axial, Archipel...) à des produits de post-levée (Fosburi, Merkur...).

Certains agriculteurs se sont montrés inquiets quant à la capacité du blé à repartir une fois l'hiver passé. Pour Anne-Monique Bodilis, « l'apport azoté au moment du tallage sera très important. Il faudra veiller à ne pas surdoser, mais bien à donner un coup de boost à la plante ». Ainsi, si une baisse des rendements pour 2020 paraît inéluctable, une bonne adaptation de l'itinéraire technique des agriculteurs permettra d'atténuer cette baisse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Un gain de 4 kg par VL et par jour
En mars, le Gaec de la Leudrie figurait parmi les étapes du Robot day’s de Seenovia. L’exploitation, à cheval entre la Mayenne et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53