Aller au contenu principal

Reconversion : de la com’ numérique au maraîchage

À 36 ans, le Mayennais Romain Sauger, chef de projet en agence de communication, va devenir maraîcher. Un tournant dans la vie professionnelle de ce père de famille.

Romain Sauger recherche en 4 et 12 ha autour de Laval.
Romain Sauger recherche en 4 et 12 ha autour de Laval.
© VG

« J’ai eu le déclic lorsque je participais à l’organisation d’une conférence, avec la Jeune Chambre économique, sur la permaculture, à Mayenne », explique Romain Sauger. « Ayant fait le tour de la question dans mon métier de la communication numérique, j’ai fait le choix de changer de métier et de me tourner, non pas vers la permaculture dont j’ai vite compris les limites, mais dans le maraîchage. »
Sans attache familiale locale en agriculture, et ayant besoin de se former, il obtient un congé de formation de 9 mois « pour partir dans de bonnes conditions et monter mon dossier de maraîcher ». Il s’oriente vers la Chambre d’agriculture de la Mayenne, « d’abord sur son stand lors d’un forum de l’emploi à la salle polyvalente en janvier 2018 ». Il profite également de ce forum pour prendre un premier contact avec le Cfppa de Laval. C’est au Cfppa qu’il va entamer son Bprea qui s’achève en juillet prochain. Un diplôme indispensable à son installation. Avec une certaine chance, celle d’avoir Clément Beucher comme formateur. Ce dernier est maraîcher en agriculture biologique, à Saint-Poix. « Dans la promo, nous sommes deux à avoir un projet en maraîchage, continue-t-il. Les autres veulent devenir apiculteurs. » Autant dire qu’il est bien suivi par son formateur.
Deuxième chance : « je suis en stage chez Hugues Taillandier, à Olivet, lui aussi en bio. Cela me permet d’affiner mon projet ». Il hésite encore entre deux orientations de départ : « le système paniers fermiers ou le système approvisionnement pour la restauration collective,les écoles, les Ehapd… ». Mais ce sera en agriculture biologique, « par conviction et parce que des paniers fermiers non bio, pour moi, cela n’a pas de sens ». Lui qui vit à Changé, veut s’installer « de préférence dans l’agglomération de Laval ». Persuadé qu’il y a un « réel marché pour des légumes bio dans l’agglo », il lui manque des terres pour réaliser son projet : « entre 4 ha pour le système paniers et jusqu’à 12 ha pour le second système ». Pour lui, qui s’appuie désormais sur les différentes rencontres effectuées lors de sa formation en Bprea, « les deux systèmes sont viables économiquement ».
Mais, avec une grande prudence, il va se laisser le temps, après sa formation, pour rechercher activement de terres agricoles, « le plus près possible de Laval ». Quitte à reprendre temporairement son ancien emploi. Romain Sauger continue de monter son dossier, notamment avec le service Installation de la Chambre d’agriculture. Un rendez-vous est d’ailleurs déjà fixé afin que ce futur maraîcher réalise son « autodiagnostic ». Car, depuis la réforme du Bprea, « le chiffrage du dossier se fait uniquement dans le parcours 3 P ». Mais, la conviction et la motivation sont là. Alors si des terres sont bientôt disponibles…

Dossier "Maraîchage" à lire dans Agri53 du vendredi 12 avril 2019

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53