Aller au contenu principal

Quel prix pour l’herbe en 2021 ?

Chaque printemps, des éleveurssouhaitent vendre ou acheter de l’herbe sur pied ou récoltée. Les transactions concernent généralement de la prairie naturelle mais peuvent aussiconcerner des prairies temporaires. Connaitre les coûts de production de l’herbe permet de contractualiser sur des bases objectives et cohérentes. 

© VN

Les transactions s’appuient sur la loi de l’offre et de la demande mais aussi sur le coût de production. Le prix de l’herbe sur pied doit être un compromis entre :

- un prix plancher qui doit permettre au vendeur de couvrir les charges engagées sur la prairie et rémunérer son travail,

- un prix plafond, pour l’acheteur, au-delà duquel l’achat n’est pas économiquement intéressant.

L’acheteur peut trouver un autre produit de valeur équivalente à un même prix.

 

Prix plancher : 50 à 65 €/t MS pour l’herbe sur pied

Le prix plancher varie principalement en fonction du niveau de rendement. Il se situe autour de 50 €/t MS pour une prairie naturelle ou temporaire de longue durée. Et autour de 65 € /t MS pour une prairie temporaire de type RGI 18 mois. Ces prix plancher peuvent varier d’une ferme à l’autre en fonction des rendements, des coûts de production et des éléments intégrés dans les calculs.

 

Frais de récolte 2021 : 55 à 85 €/t de MS

Pour ceux qui vendent de l’herbe après récolte, il est nécessaire de rajouter aux coûts précédents, les coûts de récolte pour aboutir à un coût de l’herbe récoltée. L’approche se base sur les tarifs actualisés issus du BCMA et des réseaux Cuma des Pays de la Loire. Ils ont été appliqués aux rendements habituellement observés pour chaque type de récolte pratiqué dans les fermes de la région. 
L’enrubannage est plus cher qu’un foin ou qu’un ensilage d’environ 20-30 €/t MS, sauf pour les petites coupes de 1 à 2 t MS. La baisse des frais de récolte avec l’augmentation des rendements ne doit pas pour autant inciter à récolter tardivement car la valeur alimentaire peut chuter rapidement avec l’avancement du stade de récolte.

 

Prix plafond : 130 à 170 €/t MS selon les fourrages récoltés 

Le prix plafond des différents fourrages peut être estimé en calculant le coût de remplacement de l’herbe (ensilage ou foin ou enrubannage) par un mélange d’aliments simples (paille, blé, tourteau de soja, urée).

La nouvelle ration est calculée avec des valeurs alimentaires (énergie, azote) et d’encombrement équivalents. Le coût de remplacement de l’herbe peut s’établir pour le printemps 2021 avec de la paille à 100 €/t (livrée sur la ferme) + du blé estimé à 200 €/t au port (- 30€ frais approche et +25 €/t de broyage aplatissage) et un prix du tourteau de soja estimé à 400 €/t au port.

On peut en déduire un coût par kg de MS d’herbe « remplacée » ou prix plafond au-dessus duquel il est plus intéressant d’utiliser d’autres matières premières. Un écart de prix de + ou – 30 €/t sur

le soja engendre une variation de prix plafond de + ou – 5 €/t de MS pour les foins de bonne qualité et enrubannages jeunes. Et peu de variation pour les autres fourrages. Ce prix plafond ne tient pas compte des tensions entre l’offre et la demande sur le marché. En dehors du déshydraté, le prix plafond des autres types d’herbe récoltée oscille entre 130 et 170 €/ t MS.

 

Trouver un compromis entre acheteur et vendeur

La synthèse de ces deux approches permet de trouver un compromis cohérent. Dans les cas où les prix plafonds et prix planchers se rapprochent (enrubannage, foin et ensilage de qualité moindre), il est aussi intéressant économiquement d’acheter des concentrés ou d’apporter une ration paille ou foin de qualité moyenne + soja et céréales pour les génisses. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Yvan Romagné, éleveur de volailles standards et de volailles fermières.
Volailles standards et fermières « des activités complémentaires »
En juillet 2016, Yvan Romagné s’est installé en volailles standards et fermières à La Bigottière. Si l’association de ces deux…
Le tir du sanglier, à l'affût, est autorisé depuis le 1er juin 2021.
Sangliers : tir de nuit demandé
En raison des nombreux dégâts observés dans les cultures, mercredi, la FDSEA a demandé à l’Administration d’autoriser le tir de…
Bouteille et verre de lait
E.Leclerc fait augmenter les prix… aux producteurs
Dans un communiqué diffusé mercredi 9 juin, E.Leclerc revalorise le prix du lait de 5 €/1 000 litres. Cela concerne 25 000…
Siège social de Lactalis, à Laval.
Lactalis : + 5,9 % de chiffre d’affaires en 2020
Avec un chiffre d’affaires à la hausse en 2020 : Lactalis poursuit sa progression et évoque, pour 2021, de meilleurs prix payés …
La relève est assurée
Jeudi 20 mai, l’Anefa 53 a tenu son assemblée générale au CFP la Futaie, à Port-Brillet. À l’occasion d’une table ronde, cinq…
Au Gaec de l’Aubépine, Mickaël Côme est responsable de l’atelier de bovins allaitants. Sur son site à La Chapelle-Rainsoin, il élève entre 65 et 70 mères de race limousine dont la descendance, à environ 70 %, sera valorisée avec le label Blason Prestige. Il pose ici avec Charlotte Pertuisel, conseillère élevage bovin, qui suit l’élevage pour la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire.
Innov’action : trouver l’équilibre entre revenu et environnement
La journée Innov’action consacrée à la viande bovine se tiendra le mardi 22 juin, à La Chapelle-Rainsoin. Le thème : « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53