Aller au contenu principal

« Que le consommateur se rassure, la production est là »

Entre la fermeture des restaurants et des marchés durant une période, mais aussi de certains marchés d’export, toute la filière avicole est en danger.

Jean-Yves Guérot,  responsable du comité de pilotage avicole de la Chambre d’agriculture de la Mayenne, vice-président de la section avicole de la Fdsea de la Mayenne et membre du bureau de la Confédération française avicole.
Jean-Yves Guérot, responsable du comité de pilotage avicole de la Chambre d’agriculture de la Mayenne, vice-président de la section avicole de la Fdsea de la Mayenne et membre du bureau de la Confédération française avicole.
© Agri53

Les productions de poulet pour la restauration rapide, de canard (gras ou maigre), de pintade, de caille, de poulet de Bresse, de pigeon, pâtissent d’un très fort ralentissement des achats. De même les œufs destinés à la fabrication d’ovoproduits pour la restauration hors domicile n’ont plus de débouchés. Le point avec Jean-Yves Guérot, responsable du comité de pilotage avicole de la Chambre d’agriculture de la Mayenne, vice-président de la section avicole de la Fdsea de la Mayenne et membre du bureau de la Confédération française avicole.

La filière canard en crise

« Les difficultés en filière volailles ne sont pas régulières suivant les productions. Les filières les plus touchées sont le pigeon, la caille, la pintade et le canard à rôtir et le canard gras. On constate une crise qui n’a jamais été vue dans le canard actuellement. En poulets et dindes, c’est assez hétérogène suivant les sites d’abattage. Pour les outils qui travaillent avec les grandes surfaces, par exemple à Snv à Laval, la baisse d’activité n’est que de 10 %. En revanche, les abattoirs qui travaillent plus avec la restauration collective prennent cher. Des outils de transformation sont arrêtés au niveau de Ldc» explique Jean-Yves Guérot.

Allongement des vides sanitaires

Ces difficultés au niveau des outils d’abattage entraînent un allongement des vides sanitaires, toutes filières confondues : « cela entraîne dans notre département, une légère baisse des mises en place en poulets qui vont entraîner des vides sanitaires plus importants, autant en label qu’en standard » précise Jean-Yves Guérot. Il ajoute : « l’acte d’achat du consommateur est très difficile à cerner actuellement. Ce qui était vrai avant la crise ne l’est plus aujourd’hui. Pour les outils de transformation, l’alimentation du marché est donc complexe vu qu’ils ne connaissent pas l’issue. Le début du confinement a déclenché des achats compulsifs avec plus de 50 % des achats habituels, dont de nombreux produits surgelés. On devrait revenir à une consommation plus linéaire sur les semaines à venir. Une majorité de références sont bien présentes. Les gens voient que la pénurie n’est pas au bout du rayon ».

La production est assurée

Concernant la production avicole, il précise : « que le consommateur se rassure, la production est là. Les producteurs sont fiers de faire un métier qu’ils aiment et de nourrir la population française en cette période morose de crise importante et grave. Par contre, ces mêmes producteurs souhaiteraient que ça continue et qu’à l’issue de cette crise on continue à avoir besoin des producteurs français. Pour la vente directe, pour ceux qui travaillent uniquement en vente à la ferme, ils sont à jour de leur vente, voire même ont parfois des manques de produits. Pour les autres, l’écoulement de la production a été marqué par la fermeture, pendant un temps des marchés. Ils sont plus à la peine. Il y a des gens qui sont en souffrance. C’est loin d’être l’euphorie ».

Manques d’œufs dans les Gms

« On manque d’œufs partout. Pourtant, il y a de gros problèmes pour les casseries d’œufs, car toute la fabrication d’ovoproduits a diminué de 80 à 90 %, n’alimentant plus la restauration hors domicile. Par contre, pour les œufs coquille, tout part. Y compris les œufs très décriés qui sont les œufs de poules en cage. La demande est telle que toute la production est vendue et les supermarchés ont de la peine à s’approvisionner », explique Jean-Yves Guérot, rappelant que « les œufs en cage ne sont pas différents des œufs labels ou bio. Actuellement, le consommateur ne fait pas la différence, parce qu’il en a besoin, il ne faudra pas l’oublier une fois la crise terminée ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53