Aller au contenu principal

Prix du lait : le compte n’y est pas !

© Source : observatoire prix du lait des Fdsea/Fnsea

l La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 15e mois consécutif, avec 410 millions de litres supplémentaires produits en septembre 2020 par rapport à septembre 2019. La hausse est marquée aux États-Unis (+ 180 millions de litres) et dans l’UE à 28 (+ 150 millions de litres).

Après un léger ralentissement en août (+ 0,6 %) par rapport au rythme de croissance de début d’année, la collecte de l’UE à 28 est plus dynamique en septembre (+ 1,2 %). La collecte est à nouveau en hausse en France (+ 1,1 %), au Royaume-Uni (+ 0,5 %) et aux PaysBas (+ 0,3 %), tandis qu’elle s’est stabilisée en Allemagne. La Pologne et l’Irlande continuent d’enregistrer des hausses de collecte. Sur les 9 premiers mois de l’année, la collecte européenne est en hausse de 1,3 %.

Dans l’Ouest, après le ralentissement du mois d’août, la collecte est à la hausse en septembre à + 1,5 % par rapport à septembre 2019. La tendance est à la baisse sur la collecte du mois d’août. En cumul annuel (9 mois), la collecte Ouest diminue de - 0,2 % par rapport à la même période de 2 019.

Les données hebdomadaires de la collecte pour octobre et novembre affichent une baisse de l’ordre de - 1,5 %.

Sur les marchés, les cotations de la poudre de lait écrémé baissent légèrement les premières semaines de novembre (2 160 €/t mi-novembre) après avoir connu un pic à la fin octobre. La cotation du beurre spot (nouveaux contrats) reste stable depuis le mois de juillet et oscille autour de 3 380 €/t. Les cotations de la poudre grasse et de la poudre de lactosérum sont également stables depuis un mois. Sur les 9 premiers mois de l’année 2020, la valeur totale des exportations laitières françaises a augmenté de 1,0 %.

Les achats des ménages en magasins ont progressé en octobre pour l’ensemble des catégories. Après un léger recul en septembre, les achats de lait liquide sont à nouveau en augmentation. Les ventes de beurre et de crème sont également en progression. Dans la même logique, ces mesures ont à n’en pas douter un impact négatif sur la consommation hors domicile, notamment du côté de la restauration commerciale. Les prix de vente au consommateur sont relativement stables sur un an.

Pour autant…

Le conseil national de la Fnpl, réuni jeudi 26 novembre, a constaté que, sur le prix du lait, le compte n’y est pas ! Fin 2019, la Fnpl constatait qu’une première marche des EGA était franchie grâce au travail de fond entrepris depuis des années par la Fnpl - le prix du lait gagnant dans l’année près de 10 €/1 000 L-, mais les éleveurs laitiers ne pouvaient toujours pas se rémunérer décemment.

En 2020, malgré un indicateur de prix de revient reconnu par l’UE et publié par le Cniel, la progression du prix du lait a été freinée et le compte n’y est toujours pas. « La Fnpl reconnaît que les effets de la loi Egalim ont évité un séisme lié à la crise de la Covid-19, mais le compte n’y est pas », a déclaré Daniel Perrin, secrétaire général de la Fnpl.

Dans le même temps, les éleveurs, eux, tiennent leurs engagements sur l’environnement et le bien-être animal. Ainsi, il est d’autant plus essentiel de rattraper le retard et de poursuivre le travail sur le prix. Il ne peut y avoir deux poids, deux mesures dans le plan de filière « France, Terre de Lait », c’est un projet global dans lequel industriels, coopératives, distributeurs et producteurs sont engagés.

La Fnpl, jouant pleinement son rôle d’éclairage des marchés, pour la défense des éleveurs laitiers français, décide de publier chaque trimestre le « prix conforme » à la loi pour la Ferme France. « En aucun cas, il ne s’agit de s’immiscer dans les stratégies des entreprises, mais nous ne tolérerons pas que la valeur générée grâce à la loi Egalim ne profite pas aussi aux producteurs. Comme l’a confirmé le ministre Denormandie à différentes reprises : la loi doit être respectée. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
Consommation : afficher l’origine du lait est illégal !
Voilà un jugement qui va sans doute faire couler beaucoup d’encre et de salive. Le Conseil d'Etat a annulé le 11 mars, un décret…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53