Aller au contenu principal

Maïs
Premier semis avec le Maxi Drill Sky

Adhérent de la Cuma de La Pallu, Michel Blanchard a semé son maïs pour la première fois avec le semoir Maxi Drill de Sky Agriculture, société implantée à Blain (44). L’engin combine travail du sol et précision des semis.

La Cuma de La Pallu a acquis un semoir Maxi Drill de chez Sky Agriculture en septembre 2022. « Nous sommes cinq à nous en servir », indique Michel Blanchard. Cet adhérent de la Cuma est installé en Gaec à trois associés, sur la commune de Saint-Calais-du-Désert. Sur 280 hectares, le Gaec produit 1,2 million de litres de lait, des volailles avec 4 poulaillers et des céréales. « C’est la première fois que je me sers du semoir pour le maïs », commente-t-il tout en relevant les herses arrière de l’engin qui ne seront utiles pour ce semis. « Les roues plombeuses suffisent pour recouvrir les lignes de semis », ajoute l’agriculteur. Pour Michel Blanchard, « le gros avantage de ce semoir est qu’il permet une technique en culture simplifiée. Avec lui, on retravaille le sol jusqu’à 8 cm de profondeur avec les deux rangées de disques avant. Les roues situées juste derrière la deuxième rangée de disques permet de refermer ce que l’on a travaillé ». Le semoir proprement dit entre alors en scène, avec disques et roues de rappuyage.

« La trémie a une capacité de 3 000 litres, détaille Michel Blanchard, cela permet de semer des céréales sur 30 ha, sans refaire le plein. » Face à lui, une parcelle de 10 ha qui, avant ce semis de maïs était en blé. « Notre rotation se compose de blé, de maïs, d’orge et de colza. » La parcelle a été préparée il y a une dizaine de jours. « Nous ne labourons plus depuis bien 20 ans », poursuit Michel Blanchard. Mais le traitement sera chimique, et non mécanique, en raison de la présence de cailloux dans la parcelle. L’agriculteur a dû aussi traiter le brome trop présent. « J’ai traité 50 ha cette année, à raison de 50 € l’hectare… », détaille-t-il.

Avant de semer, Michel Blanchard teste le réglage de la profondeur du semis. Son objectif : « semer à 3 cm de profondeur », avec une densité de 90 000 pieds semés à l’hectare. Le réglage de la profondeur de semis ne se fait pas depuis la cabine du tracteur, mais directement « sur le semoir grâce à une série de cales plus ou moins épaisses ». Le premier essai n’est pas suffisant, les graines affleureraient et deviendraient alors des proies facilement repérables pour les corvidés qui ne manquent pas dans ce secteur de la Mayenne. Michel a donc ajouté une cale de 2 cm de chaque côté. Deuxième test : tout est opérationnel pour passer au semis. Il se fera à 13 km/h. « À cette vitesse, on fait entre 3 et 4 ha/h. » Pour tracter le combiné, un Claas 830 Axion, d’une puissance de 230 cv. « Le minimum pour ce semoir, c’est un 200 cv », glisse Michel Blanchard. Qui plus est dans une parcelle inclinée.

Semis tardif

Cette année, Michel Blanchard sème avec une quinzaine de jours de retard. « On aime bien avoir fini les maïs au 1er mai, en commençant entre le 20 et le 25 avril. Cette année, on a commencé le 1er mai… » La faute à une météo un peu capricieuse en avril. Et puis, lorsqu’on utilise le Maxi Drill Sky, « il est préférable d’attendre que le sol soit bien ressuyé, sinon les roues qui encadrent les disques de travail du sol collent au terrain ». Il faudra aussi « revenir d’ici un mois pour voir si cette première a permis un beau semis », recommande Michel Blanchard.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Manifestation agricole : pneus et haies à Laval

L’action « Blocage des services de l’État », mardi 30 et mercredi 31 janvier 2024, par la FDSEA et les JA de la…

En porc bio aussi, on marche sur la tête

Lors d’un traditionnel « petit-déjeuner parlementaire », les sénateurs et députés mayennais ont été témoins d’une aberration…

Romain Herbaudeau (à gauche), salarié au Gaec Duchemin à Chantrigné, et Lionel Leudière, animateur des ventes chez Ekip'Élevage, aux côtés des trois modèles existants de la gamme Zosh qui sont tous personnalisables et tous « made in France ». En effet, les Zosh sont entièrement fabriquées dans la Sarthe. Il faut compter environ 4 000 euros pour se procurer cet engin.
Ils sont passés chez Zosh

Des agriculteurs mayennais ont fait le choix d’investir dans une trottinette électrique de la marque Zosh pour leurs tâches…

Les participants de la table ronde (de gauche à droite) : Franck Yvert, Samuel Moy, Christophe Barayré, Franck Poché et Michel Gaudin.
AG de APLBL Craon-Fougerolles : la considération, pas facile à partager…

C’est sur le thème de la considération que s’est tenue la table ronde de l’assemblée générale de l’APLBL Craon-Fougerolles,…

François Blot, président des JA 53: « Je ne regrette rien et je pars heureux ! »

Jeudi 29 février, ce sera la dernière assemblée générale des Jeunes Agriculteurs de la Mayenne pour François Blot en tant que…

Producteur pour Norea : « On ramasse 17 000 œufs en 1 heure »

Producteur d’œufs à Montenay, le Gaec des Oliviers et ses 18 000 poules rousses produisent 17 000 œufs par jour. Une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 103€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53