Aller au contenu principal

Prairies : la pluie est enfin arrivée, la pousse suit…

Sur les mesures de la semaine du 13 au 20 avril, la croissance de l’herbe est au rendez-vous et l’arrivée des précipitations va maintenir et accélérer la croissance.

© CAPdL

 

La douceur enregistrée la semaine dernière est profitable à la pousse. Les températures comprises entre 8 et 20 °C avec une température sol de 16 – 17 °C sont en effet des facteurs influant positivement la croissance de l’herbe. Le facteur limitant reste donc le déficit hydrique de surface, et surtout un moindre ameublissement des 10 premiers cm favorisant l’aération du sol. Certes, les précipitations attendues sont arrivées, mais avec de fortes disparités. Les parcelles les plus « chanceuses » bénéficient d’un apport marqué > 25 mm en 48 h, idéal pour une bonne humectation et infiltration de l’eau dans le sol. Les températures moyennes à venir seront idéales (8-18 °C). La pousse devrait par conséquent exploser dans les prochains jours > 80 kg de MS/ha/jour, grâce aussi à des hauteurs entrées-sorties très élevées.

• Des hauteurs toujours importantes, malgré les fauches sur le circuit de pâturage.
Avec une prévision de pousse favorable (> 60 kg de MS/ha/jour), avec des prairies densifiées, les jours d’avance vont aussi augmenter (30 ares satisferont au besoin d’un UGB, car 0,30 ha x 60 kg MS/ha/J = 18 kg/j disponibles). Si vous disposez d’un stock sur pied de plus de 15 jours d’avance, ce dernier vous permettra de diminuer fortement les quantités distribuées à l’auge (fourrages et concentrés), ou de prévoir des fauches. Cependant, il est encore primordial d’assurer ces 12 jours d’avance au pâturage, pour ne pas accélérer le rythme même si c’est tentant. Les parcelles les plus hautes, mal pâturées au premier tour (au-dessus du mollet), partiront à la fauche (petits chantiers d’enrubannage), pour compenser le décalage lié au retard de mise à l’herbe où beaucoup de parcelles hautes ont été débrayées en même temps.

Après la pluie, la fertilisation organique et l’entretien des prairies abîmées…
Dans les parcelles débrayées, il est préconisé un apport de reconstitution. Un effluent à action rapide qui sera ingéré part le sol rapidement avant une autre arrivée de précipitations, serait l’idéal. Dans les parcelles très marquées par le piétinement lors des premières sorties, il est possible de rouler après la pluie afin d’atténuer les « creux ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
Consommation : afficher l’origine du lait est illégal !
Voilà un jugement qui va sans doute faire couler beaucoup d’encre et de salive. Le Conseil d'Etat a annulé le 11 mars, un décret…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53