Aller au contenu principal

Agroalimentaire
Pour les Bons Mayennais, le bio représente un relais de croissance intéressant

Deux nouveaux fromages bio de la marque Les Bons Mayennais sortent désormais de la laiterie de Vaubernier. Entretien avec Sophie Geissler, directrice générale.

Sophie Geissler, directrice générale de la Fromagerie Vaubernier.
Sophie Geissler, directrice générale de la Fromagerie Vaubernier.
© Agri53

Après le camembert et le petit camembert, la Laiterie Vaubernier fabrique deux nouveaux fromages bio. Est-ce à dire que le lait bio est en progression chez vos producteurs ?

Sophie Geissler : Nous nous sommes naturellement engagés dans le bio en 2011 afin d’accompagner l’un de nos producteurs de lait dans son projet de conversion. Aujourd’hui, ce sont quatre producteurs, tous implantés à proximité, qui fournissent la fromagerie en lait bio. La part du lait issu de l’agriculture biologique reste marginale dans notre collecte totale et nous veillons à garder un équilibre entre son développement en termes de nombre de producteurs et notre besoin.

Que représente pour Vaubernier ce marché du bio ?

S.G. : Les Bons Mayennais sont avant tout des fromages fabriqués selon une recette traditionnelle avec du lait local produit par des éleveurs mayennais, selon des critères de qualité reconnus. L’attente de certains de nos consommateurs nous a conduits à décliner le petit camembert et le camembert, avec du lait entier issu de l’agriculture biologique, puis de compléter la gamme proposée cette année. Sur le marché des fromages à pâte molle atone, le bio est lui en forte progression et représente un relais de croissance intéressant.

Malgré les regroupements dans l’industrie laitière, vous demeurez une entreprise familiale bien ancrée dans son territoire historique mayennais. Cette image facilite-t-elle l’export de vos produits et l’extension de votre zone de chalandise ?

S.G. : Effectivement, notre ancrage territorial mayennais fort et notre indépendance sont des marqueurs importants pour nos clients français et étrangers.

Continuerez-vous à communiquer sur l’origine du lait de vos produits, alors que le Conseil d’État a récemment statué pour une non-obligation ?

S.G. : Oui, nous avons toujours communiqué sur la provenance de notre lait et de nos produits ce qui est aussi important pour nos consommateurs que pour les éleveurs qui nous fournissent leur lait car c’est une fierté partagée. Et nous allons continuer à le faire.

Enfin, alors que l’on a constaté une stagnation, voire une baisse récente du prix du lait payé aux producteurs par certaines laiteries, quelles prévisions avez-vous pour l’année en cours ?

S.G. : La tendance globale 2021 devrait être meilleure que l’an passé, sauf événement majeur compte tenu des incertitudes sanitaires et économiques qui nous entourent.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Sima 2022 : quatre exposants mayennais, quatre matériels phares
Du 6 au 10 novembre, quatre entreprises mayennaises étaient présentes à la 100e édition du Sima au parc des expositions Paris…
L'Open Dairy Show est organisé par l'association Vach'Open Show, basée à Pommerieux, en Mayenne.
Holstein : grande première pour l’Open Dairy Show
Vendredi 25 et samedi 26 novembre 2022, le parc Saint-Fiacre de Château-Gontier-sur-Mayenne accueillera l’Open Dairy Show. Ce…
Lait : un Gaec, deux Astronaut, deux Discovery
Vendredi 18 novembre 2022, dans le cadre des 30 ans de son premier robot de traite, Lely proposait une ferme ouverte : celle du…
Départemental Prim’Holstein : Orbella sur la plus haute marche
Une soixantaine d’animaux de la race Prim’Holstein ont défilé sur le ring de Château-Gontier, samedi 5 novembre, pour le concours…
Haies : la jeunesse mayennaise veille sur le bocage
Lundi 14 novembre 2022, la Fédération régionale des chasseurs (FRC) des Pays de la Loire organisait une plantation de haies…
Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest
La luzerne : « c’est 2 500 kg de protéines par hectare »
Interview de Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest, de retour du congrès mondial de la luzerne qui s'est tenu à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 90€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53