Aller au contenu principal

Pour la Fdsea, ce doit être « zéro mètre »

Suite à son Conseil d’administration, la Fdsea de la Mayenne tenait une conférence de presse avec comme sujets d’actualités les zones de non-traitement, la tenue des élections syndicales et les intrusions en élevage.

© AF

L’intrusion dans les élevages est le sujet préoccupant pour les agriculteurs. Pour avoir des clés sur la prévention en exploitation, deux gendarmes sont venus délivrer des conseils sur la protection des exploitations agricoles. « Ils nous ont surtout expliqué comment mieux se protéger notamment des Ong qui luttent pour la cause animale », précise Mickaël Guilloux, « avec notamment la mise en place de chaînette, de portail et d’affiche. » Le vide juridique qui offre la possibilité de s’introduire dans des exploitations sans être menacé législativement doit changer. « Le législateur doit faire évoluer tout ce qui tient du cadre privé dans les exploitations agricoles pour que ces intrusions cessent », ajoute Mickaël Guilloux. En attendant, les principaux conseils promulgués par les gendarmes sont de fermer au maximum les exploitations et de travailler en collaboration avec les services de gendarmerie.

Zéro mètre

Autre sujet sensible, les zones de non-traitement. Fin 2019, un décret est paru au journal officiel concernant la mise en place de zones de non-traitement. Sur ce sujet, le conseil d’administration de la Fdsea de la Mayenne a tranché. Il souhaite garder les chartes des riverains en l’état « en conservant le principe d’un traitement à zéro mètre » explique Jérôme Landais.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation et du travail (Anses) dispose d’un budget de 25 millions d’euros pour analyser la dérive à l’application de produits phytosanitaires. Ce travail sur la dérive permet de bénéficier de la possibilité d’activer une demande de dérogation, en lien avec la charte des riverains.

 

Retrouver l'intégralité de l'article dans le numéro 202 d'Agri53.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53