Aller au contenu principal

Pommes : un début de floraison prometteur

Qu’elles soient à couteau ou à cidre, les pommes promettent d’être nombreuses en Mayenne. Après plusieurs années difficiles, cette année la floraison est très positive.

La floraison promet une bonne récolte de pomme cette année.
La floraison promet une bonne récolte de pomme cette année.
© Denis Rouland

Avec l’arrivée du printemps, les pommiers ont revêtu leurs fleurs blanches. Après plusieurs années marquées par des épisodes de sécheresse et de gel, les producteurs mayennais sont soulagés. Cette année, la météo a joué en leur faveur. Ce début de floraison est prometteur.

Une météo favorable

« Avec l’hiver doux, les arbres ont pu faire leurs réserves », constate Denis Rouland, de la ferme du Theil à Andouillé et président de l’association des Cidres de Loire. L’absence d’humidité trop importante et les chaleurs de ce début de printemps ont permis aux fleurs de bien se développer. « On a aussi pas mal de pollinisateurs », se réjouit Christophe Moulard, arboriculteur aux Huberdières, à Craon. Les producteurs se sentent plutôt confiants pour les mois à venir. D’autant plus qu’ils ne pensent plus avoir à craindre le gel. « Maintenant, il faut juste espérer que cela continue sur cette lignée et que l’on n’ait pas d’aléas climatiques comme de la grêle ou de grosses pluies d’orage », note tout de même Marie Bourny, de la ferme de la Cornesse, à La Brûlatte.

Des parasites maîtrisés

Niveau « parasite », les producteurs ne semblent pas non plus trop inquiets. Si avec la chaleur, les pucerons risquent de se réveiller, « pour le moment, on ne voit pas de dégâts dramatiques », affirme Denis Rouland. Les arboriculteurs comptent sur les insectes auxiliaires pour les limiter. Un traitement a également pu être fait avant floraison pour éviter leur développement. « On a aussi installé des pièges à phéromones contre le carpocapse », témoignent les agriculteurs. La larve de ce parasite se nourrit de l’intérieur des fruits.

En revanche, Denis Rouland avoue être préoccupé du possible développement du phytophthora qui s’attaque au système racinaire des pommiers. « Les années où il fait un coup humide et un coup sec, il y a une recrudescence de ce champignon. Pour le moment, on ne voit pas ses effets, mais il pourrait apparaître au cours du printemps. On a eu un hiver avec les pieds dans l’eau donc on est un peu inquiet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Un gain de 4 kg par VL et par jour
En mars, le Gaec de la Leudrie figurait parmi les étapes du Robot day’s de Seenovia. L’exploitation, à cheval entre la Mayenne et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53