Aller au contenu principal

Peu de pyrales en 2020, mais la sésamie progresse dans le sud

Cette année, la pyrale était peu présente. Par contre, la sésamie semble en expansion dans le sud du département, même si les attaques sont encore très ponctuelles.

© CL - CA53

Pyrale : arrivée précoce, mais peu de dégâts

En 2017, il y a eu beaucoup de dégâts de pyrale. Il n’était pas rare de voir des parcelles non protégées où 90-95 % des pieds étaient touchés. En 2018 et en 2019, les attaques étaient moins importantes. En 2020, les premiers vols étaient précoces, dès fin mai/début juin et on pouvait craindre de nouveau des dégâts importants. En fait, ils ont été encore plus faibles ; même dans les parcelles non protégées, on était en général à moins de 35 % de pieds touchés, avec peu de verse. Pour les parcelles protégées, avec du Coragen (chlorantranilitrole) ou des trichogrammes, on se situait en général entre 0 et 10 %. Comme les traitements, surtout au Coragen, se sont beaucoup développés ces dernières années, on peut penser que cela a entraîné une diminution de la population de pyrale (si on détruit les larves une année, cela fait potentiellement moins d’adultes pour l’année suivante). Cela dit, on a quelques exemples de parcelles (Chemazé, Le Ham) où les papillons étaient abondants et où les dégâts sur maïs étaient faibles, malgré l’absence de protection insecticide. Donc il y a sans doute d’autres raisons, climatiques par exemple.

Sésamie : en expansion

Comme la pyrale, la sésamie est un papillon et c’est la chenille qui fait les dégâts. C’est un ravageur bien connu au sud de la Loire. En Mayenne, nous ne l’avons repéré qu’à partir de 2018. En 2020, à partir de la mi-juin, nous avons vu pour la première fois des foyers provoqués par la première génération. C’est aussi la première année où nous voyons une parcelle avec des dégâts significatifs en fin de cycle (Chemazé, 75 % des pieds avec des galeries mais sans tiges cassées, donc l’impact sur le rendement reste sans doute limité). Pour l’instant, nous n’avons vu des sésamies que dans le sud du département (Chemazé, Saint-Fort, Nuillé-sur-Vicoin, Cosmes) et avec des niveaux d’attaque faibles, à l’exception de Chemazé. Néanmoins, dans certains secteurs de la Sarthe (autour de la Flèche par exemple), la sésamie est devenue un problème plus important que la pyrale, donc c’est un ravageur à surveiller. Les trichogrammes, qui sont des parasites spécifiques de la pyrale, ne sont pas efficaces sur la sésamie. Par contre, le Coragen est efficace, au moins s’il est bien positionné — et ce positionnement n’est pas forcément le même que pour la pyrale. D’après certaines observations, il semble que le traitement, même positionné en visant la pyrale, a quand même une certaine action sur la sésamie (mais ça reste à confirmer et préciser). Comme pour la pyrale, la chenille de sésamie passe l’hiver dans les tiges de maïs et se transforme en papillon au printemps. On conseille donc de broyer finement les tiges de maïs grain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Un gain de 4 kg par VL et par jour
En mars, le Gaec de la Leudrie figurait parmi les étapes du Robot day’s de Seenovia. L’exploitation, à cheval entre la Mayenne et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53