Aller au contenu principal

Pâtures : Les conseils pour de bonnes décisions

Alors que la population est confinée, les ruminants vont sortir des bâtiments.

Cette année, il aura fallu attendre le 15 mars pour que la portance des sols s'améliore et permette enfin les mises à l'herbe. Pendant ce temps, l'herbe pousse et s'accumule dans les parcelles. Les 31 kgs de MS/ha/ jour, enregistrés la semaine passée, sont conformes aux moyennes de la région Pays de Loire.

Faire le tour de ses parcelles

Les 8,5 cm de hauteur moyenne, mesurés dans les fermes du réseau, montrent que nous avons des hauteurs supérieures aux années précédentes. Seule 2017, avec une pousse précoce, présentait aussi des hauteurs élevées mi-mars. On note un gradient habituel sud/nord de début de saison. Avec le retour du soleil, il va être nécessaire de vérifier l'amélioration de la portance au fil des jours. Le tour des parcelles permettra aussi de se rendre mieux compte de l'évolution de la flore. Les parcelles avec des flores précoces ou avec de fortes proportions de fétuque ou de dactyle présentant des hauteurs élevées ou avec un effet « touffes » seront plus difficiles à faire pâturer correctement au 1er cycle, même au fil. Dans chaque exploitation, il faut faire un inventaire des parcelles en se référant au tableau ci-dessous. Suivant la proportion de chaque catégorie, les surfaces à pâturer et à faucher seront très différentes entre exploitations sur le mois à venir.

La transition risque d'être brutale !

Il est toujours préférable de faire une transition de régime alimentaire à la mise à l'herbe. Mais, cette année, avec en général une grande quantité d'herbe à faire pâturer et des défauts de stock sur les autres fourrages, il est tentant de réaliser une transition brutale. Cependant, pour maintenir un certain équilibre ruminal, il faudra a minima, en vaches laitières, réduire la part de fourrages grossiers de 25 % tous les 3 à 4 jours, tout en augmentant progressivement le temps d'accès au pâturage de 3 heures l'après-midi, à 6 h puis à 8 à 9 heures si l'objectif in fine est de permettre une ingestion d'herbe de l'ordre de 10 à 12 kg MS ou plus. Pour les génisses et lots allaitants, du fourrage grossier très appétant sera à proposer en complément du pâturage et facilitera la transition

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Sima 2022 : quatre exposants mayennais, quatre matériels phares
Du 6 au 10 novembre, quatre entreprises mayennaises étaient présentes à la 100e édition du Sima au parc des expositions Paris…
L'Open Dairy Show est organisé par l'association Vach'Open Show, basée à Pommerieux, en Mayenne.
Holstein : grande première pour l’Open Dairy Show
Vendredi 25 et samedi 26 novembre 2022, le parc Saint-Fiacre de Château-Gontier-sur-Mayenne accueillera l’Open Dairy Show. Ce…
Départemental Prim’Holstein : Orbella sur la plus haute marche
Une soixantaine d’animaux de la race Prim’Holstein ont défilé sur le ring de Château-Gontier, samedi 5 novembre, pour le concours…
Lait : un Gaec, deux Astronaut, deux Discovery
Vendredi 18 novembre 2022, dans le cadre des 30 ans de son premier robot de traite, Lely proposait une ferme ouverte : celle du…
Haies : la jeunesse mayennaise veille sur le bocage
Lundi 14 novembre 2022, la Fédération régionale des chasseurs (FRC) des Pays de la Loire organisait une plantation de haies…
Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest
La luzerne : « c’est 2 500 kg de protéines par hectare »
Interview de Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest, de retour du congrès mondial de la luzerne qui s'est tenu à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 90€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53