Aller au contenu principal

Pâtures : Les conseils pour de bonnes décisions

Alors que la population est confinée, les ruminants vont sortir des bâtiments.

Cette année, il aura fallu attendre le 15 mars pour que la portance des sols s'améliore et permette enfin les mises à l'herbe. Pendant ce temps, l'herbe pousse et s'accumule dans les parcelles. Les 31 kgs de MS/ha/ jour, enregistrés la semaine passée, sont conformes aux moyennes de la région Pays de Loire.

Faire le tour de ses parcelles

Les 8,5 cm de hauteur moyenne, mesurés dans les fermes du réseau, montrent que nous avons des hauteurs supérieures aux années précédentes. Seule 2017, avec une pousse précoce, présentait aussi des hauteurs élevées mi-mars. On note un gradient habituel sud/nord de début de saison. Avec le retour du soleil, il va être nécessaire de vérifier l'amélioration de la portance au fil des jours. Le tour des parcelles permettra aussi de se rendre mieux compte de l'évolution de la flore. Les parcelles avec des flores précoces ou avec de fortes proportions de fétuque ou de dactyle présentant des hauteurs élevées ou avec un effet « touffes » seront plus difficiles à faire pâturer correctement au 1er cycle, même au fil. Dans chaque exploitation, il faut faire un inventaire des parcelles en se référant au tableau ci-dessous. Suivant la proportion de chaque catégorie, les surfaces à pâturer et à faucher seront très différentes entre exploitations sur le mois à venir.

La transition risque d'être brutale !

Il est toujours préférable de faire une transition de régime alimentaire à la mise à l'herbe. Mais, cette année, avec en général une grande quantité d'herbe à faire pâturer et des défauts de stock sur les autres fourrages, il est tentant de réaliser une transition brutale. Cependant, pour maintenir un certain équilibre ruminal, il faudra a minima, en vaches laitières, réduire la part de fourrages grossiers de 25 % tous les 3 à 4 jours, tout en augmentant progressivement le temps d'accès au pâturage de 3 heures l'après-midi, à 6 h puis à 8 à 9 heures si l'objectif in fine est de permettre une ingestion d'herbe de l'ordre de 10 à 12 kg MS ou plus. Pour les génisses et lots allaitants, du fourrage grossier très appétant sera à proposer en complément du pâturage et facilitera la transition

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53