Aller au contenu principal

Noter la date de floraison du maïs

Pour anticiper la date de récolte, une visite dans les parcelles au moment de la floraison permet d’estimer avec plus de précision ce stade important dans le cycle du maïs.

© ARVALIS

Le « stade floraison » pour le maïs, c’est la floraison femelle. Ce stade correspond à l’apparition des soies à la pointe des épis et n’est donc pas visible de l’extérieur de la parcelle. Petite astuce, ce stade arrive 8 à 10 jours après la sortie des panicules au sommet des plantes, phénomène bien visible depuis le bord du champ. Noter la date de floraison aide à planifier les récoltes et donc à améliorer la qualité des ensilages pour les élevages. La date de floraison du maïs, c’est le jour où la moitié des plantes ont des soies visibles à l’aisselle des feuilles. C’est le premier indicateur de la précocité de la culture.

32 - 33 % de MS

Le stade optimal de récolte du maïs fourrage se situe à 32-33 % MS de la plante entière. Récolter à moins de 30 % MS, c'est limiter le rendement et risquer des pertes de sucres au silo par écoulement de jus. Récolter à plus de 35 % MS, c'est risquer d’altérer la qualité de conservation de l’ensilage et réduire la digestibilité des 2 parties de la plante (amidon et tiges + feuilles). Dans les deux cas, la valeur énergétique du maïs fourrage n'est pas à l'optimum. Certaines années, l’évolution du taux de matière sèche peut être très rapide en fin de cycle. Noter avec précision la date de floraison améliore la prévision de la date de récolte et permet de mieux anticiper ces situations.

550 et 700 degrés-jour

À partir du stade floraison, il faut entre 550 et 700 degrés-jour (base 6-30°C), selon la précocité de la variété, pour atteindre le stade optimal de récolte plante entière… Cela représente de 45 à 70 jours selon les régions et le climat.

2021 : un début de cycle froid et arrosé

Les semis se sont étalés de mi-avril à mi-mai, sur une plage habituelle pour le maïs fourrage. Avec un mois de mai largement déficitaire en températures, les levées ont été lentes. Le mois de juin, assez frais et très arrosé, n’a pu combler qu’une partie du retard des maïs qui ont peiné à s’installer. Cette année, les floraisons devraient être observées avec environ 5 jours de retard par rapport à 2020, ce qui correspond à une année normale à légèrement tardive. L’essentiel des parcelles devrait fleurir sur la dernière décade de juillet, avant la mi-juillet dans le CentreOuest et le nord Aquitaine, et début août sur la bordure maritime Nord et en Limousin. Quelle que soit la région, il existe évidemment une diversité importante des situations, notamment en matière de dates de semis. Cela veut dire qu'il faut aller visiter les parcelles au moment de la floraison pour en connaître la date précise. La qualité de l’ensilage en dépend !

carte ensilage maïs
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Sima 2022 : quatre exposants mayennais, quatre matériels phares
Du 6 au 10 novembre, quatre entreprises mayennaises étaient présentes à la 100e édition du Sima au parc des expositions Paris…
L'Open Dairy Show est organisé par l'association Vach'Open Show, basée à Pommerieux, en Mayenne.
Holstein : grande première pour l’Open Dairy Show
Vendredi 25 et samedi 26 novembre 2022, le parc Saint-Fiacre de Château-Gontier-sur-Mayenne accueillera l’Open Dairy Show. Ce…
Départemental Prim’Holstein : Orbella sur la plus haute marche
Une soixantaine d’animaux de la race Prim’Holstein ont défilé sur le ring de Château-Gontier, samedi 5 novembre, pour le concours…
Lait : un Gaec, deux Astronaut, deux Discovery
Vendredi 18 novembre 2022, dans le cadre des 30 ans de son premier robot de traite, Lely proposait une ferme ouverte : celle du…
Haies : la jeunesse mayennaise veille sur le bocage
Lundi 14 novembre 2022, la Fédération régionale des chasseurs (FRC) des Pays de la Loire organisait une plantation de haies…
Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest
La luzerne : « c’est 2 500 kg de protéines par hectare »
Interview de Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest, de retour du congrès mondial de la luzerne qui s'est tenu à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 90€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53