Aller au contenu principal

Négociations commerciales : l’Unell fustige le silence radio de Lactalis et des GMS

Dans une conférence de presse qui s’est tenue en visio, mardi 31 janvier, à quelques heures de la clôture des négociations commerciales, l’Unell s’interroge sur les conditions générales de vente contenues dans l’accord entre Lactalis et les GMS. Mais aussi sur le mutisme de ces deux acteurs.

Yohann Serreau, président de l'Unell
© Réussir.fr

« Les distributeurs veulent-ils aussi s’asseoir sur les lois Egalim ? » C’est la question posée par Yoann Serreau, président de l’Unell (association de 11 OP livrant du lait à Lactalis) mardi soir, en conférence de presse, à quelques heures de la fin officielle des négociations commerciales entre les industriels et les GMS. À l’origine de son interrogation : la demande de hausse de 5 % du prix de la matière première agricole -ici le lait- formulée par l’Unell en novembre dernier auprès de Lactalis. « La réponse de Lactalis a été de nous proposer seulement une hausse de 1 % », explique-t-il. Loin de satisfaire l’Unell et de répondre à l’évolution des coûts de production du lait. Mais ce n’est pas tout : « Comme tous les ans, nous avons envoyé un courrier aux GMS pour qu’elles sachent ce que nous avons demandé à Lactalis et qu’elles puissent ainsi vérifier que cette demande figure bien dans les conditions générales de vente avec l’industriel ». D’habitude, selon l’Unell, ce courrier est suivi d’échanges avec les GMS. « Cette année, poursuit Yoann Serreau, c’est le silence total. Aucun distributeur n’a daigné prendre contact avec nous. Et aujourd’hui, à l’Unell, on se pose la question du respect des lois Egalim par Lactalis, mais aussi par les distributeurs. Si les GMS ont reçu de la part de Lactalis des conditions générales de vente non conformes aux lois Egalim, et si elles les acceptent, alors elles sont complices de facto de Lactalis », estimait le président de l’Unel, qui pointait « l’opacité totale » des deux acteurs (l’industriel comme la distribution), mardi 31 janvier, à 18h14. 

 

Pas encore de prix pour février

En parallèle, et depuis lundi 29 janvier, l’Unell est entrée une nouvelle fois en négociation avec Lactalis et le médiateur pour les prix du lait de février et des mois suivants et surtout la prise en compte du prix de revient et d’une cotation des produits dans la formule de prix. « Pour l’instant, nous n’avons pas trouvé d’accord sur la formule de calcul du prix et aucune proposition de prix du lait n’a été annoncée », glissait Yoann Serreau, mardi en fin d’après-midi. Le 31 janvier, c’était donc toujours le statu quo entre l’Unell et Lactalis.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Mouvement syndical : 150 tracteurs défilent à Laval

En Mayenne, 150 tracteurs ont pris la route, hier jeudi 25 janvier, depuis Laval, ralentissant les flux routiers et…

Manifestation agricole : pneus et haies à Laval

L’action « Blocage des services de l’État », mardi 30 et mercredi 31 janvier 2024, par la FDSEA et les JA de la…

En porc bio aussi, on marche sur la tête

Lors d’un traditionnel « petit-déjeuner parlementaire », les sénateurs et députés mayennais ont été témoins d’une aberration…

La colère a ses raisons

Dimanche 21 janvier, une rencontre a eu lieu entre la FDSEA, les JA de la Mayenne et la préfète du département. L’…

Les participants de la table ronde (de gauche à droite) : Franck Yvert, Samuel Moy, Christophe Barayré, Franck Poché et Michel Gaudin.
AG de APLBL Craon-Fougerolles : la considération, pas facile à partager…

C’est sur le thème de la considération que s’est tenue la table ronde de l’assemblée générale de l’APLBL Craon-Fougerolles,…

Romain Herbaudeau (à gauche), salarié au Gaec Duchemin à Chantrigné, et Lionel Leudière, animateur des ventes chez Ekip'Élevage, aux côtés des trois modèles existants de la gamme Zosh qui sont tous personnalisables et tous « made in France ». En effet, les Zosh sont entièrement fabriquées dans la Sarthe. Il faut compter environ 4 000 euros pour se procurer cet engin.
Ils sont passés chez Zosh

Des agriculteurs mayennais ont fait le choix d’investir dans une trottinette électrique de la marque Zosh pour leurs tâches…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 103€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53