Aller au contenu principal

Mouvement syndical : 150 tracteurs défilent à Laval

En Mayenne, 150 tracteurs ont pris la route, hier jeudi 25 janvier, depuis Laval, ralentissant les flux routiers et autoroutiers. Une manière d’exprimer leur ras-le-bol.

« Au charbon pour pas un rond », « Stop aux belles paroles, place aux actes », « On marche sur la tête »…À l’appel de la FDSEA et des JA de la Mayenne, munis de drapeaux et de banderoles aux slogans évocateurs, 250 agriculteurs mayennais ont participé, jeudi, à la manifestation au départ de Laval. Le rendez-vous était fixé à l’ancien foirail lavallois, dans la zone d’activités des Touches, en milieu de matinée. 

À midi, une première opération escargot a mené le cortège de 150 tracteurs sur la rocade, autour de Laval. Le convoi s’est scindé en deux, au péage d’accès à l’autoroute A81, à Louverné : une partie se dirigeant vers Rennes et le péage de La Gravelle, l’autre prenant la direction du Mans, jusqu’à la sortie de Vaiges. 
À La Gravelle, comme à Vaiges, les manifestants ont établi des barrages filtrant afin de sensibiliser les automobilistes et les chauffeurs de poids lourds à leur cause, distribuant, au passage, des prospectus résumant les craintes et les doléances de la profession agricole. « Bruxelles et l’Etat français imposent aux agriculteurs français encore et toujours plus de normes à respecter », ont écrit les deux organisations syndicales sur leur communiqué de presse commun diffusé la veille de l’événement. Des normes qui se superposent au quotidien d’une profession qui, déjà, peine à vivre décemment de son métier. Pourtant, il y a bien eu le vote des lois Egalim dont Egalim2 qui impose la prise en compte des coûts de production dans l’élaboration des prix payés aux agriculteurs. Au regard de ce qui se trame actuellement pendant les négociations commerciales, force est de constater une certaine dérive de l’application de la loi. « Nous déplorons le manque de courage de nos politiques à faire appliquer la loi et à prendre les sanctions adéquates à l’encontre de l’aval » des filières, insistent les deux syndicats. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Mouvement syndical : 150 tracteurs défilent à Laval

En Mayenne, 150 tracteurs ont pris la route, hier jeudi 25 janvier, depuis Laval, ralentissant les flux routiers et…

Manifestation agricole : pneus et haies à Laval

L’action « Blocage des services de l’État », mardi 30 et mercredi 31 janvier 2024, par la FDSEA et les JA de la…

En porc bio aussi, on marche sur la tête

Lors d’un traditionnel « petit-déjeuner parlementaire », les sénateurs et députés mayennais ont été témoins d’une aberration…

La colère a ses raisons

Dimanche 21 janvier, une rencontre a eu lieu entre la FDSEA, les JA de la Mayenne et la préfète du département. L’…

Les participants de la table ronde (de gauche à droite) : Franck Yvert, Samuel Moy, Christophe Barayré, Franck Poché et Michel Gaudin.
AG de APLBL Craon-Fougerolles : la considération, pas facile à partager…

C’est sur le thème de la considération que s’est tenue la table ronde de l’assemblée générale de l’APLBL Craon-Fougerolles,…

Romain Herbaudeau (à gauche), salarié au Gaec Duchemin à Chantrigné, et Lionel Leudière, animateur des ventes chez Ekip'Élevage, aux côtés des trois modèles existants de la gamme Zosh qui sont tous personnalisables et tous « made in France ». En effet, les Zosh sont entièrement fabriquées dans la Sarthe. Il faut compter environ 4 000 euros pour se procurer cet engin.
Ils sont passés chez Zosh

Des agriculteurs mayennais ont fait le choix d’investir dans une trottinette électrique de la marque Zosh pour leurs tâches…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 103€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53