Aller au contenu principal

Mobilisation agricole : 57 tracteurs et bennes à Mayenne

À Mayenne, les opérations du mardi 30 janvier 2024, ont débuté peu après 8 h avec l’arrivée des premiers tracteurs dans la rue des Alouettes, où se situe le Centre des Finances publiques. Au total, une soixantaine de tracteurs ont défilé tout au long de la matinée dans la rue des Alouettes pour y déverser chacun une benne de pneus usagés. 

Mardi matin 30 janvier, plusieurs tonnes de pneus usagés ont été déversées devant et autour du Centre des Finances publiques de Mayenne, rue des Alouettes.
© GM

Kiriane Blanche, 20 ans, salarié agricole dans le Gaec familial (polyculture élevage) à Loupfougères, et son ami boulanger Estebane Bouvier étaient les premiers arrivés sur place, en tracteur. Les deux jeunes hommes ont ainsi lancé le largage de pneus devant le site. « Je suis présent pour pousser un coup de gueule contre l’abus de normes et de papiers administratifs. Je ne parle pas des aides puisque je pense qu’on a ce qu’il faut, mais on passe beaucoup trop de temps dans les bureaux et pas assez dans les champs », a revendiqué Kiriane Blanche. « Je suis venu en soutien de Kiriane. J’ai aussi de la famille dans le milieu agricole. En tant que boulanger, si ça ne marche pas chez eux, ça ne marche pas chez nous », a ajouté Estebane Bouvier.

 

« L’État ne nous prend pas en considération »

Benjamin Monnier, agriculteur à Désertines depuis 2005, est venu mardi matin à Mayenne exprimer son « ras-le-bol des normes, de la bureaucratie et de l’administration qui sont omniprésentes en France, notamment dans le monde agricole, et qui nous emmerdent au quotidien. On se moque de nous, l’État ne nous prend pas en considération. On aimerait tout simplement être écoutés dans nos revendications ». En termes de motivation, l’agriculteur du nord-ouest du département ne compte pas lâcher : « J’ai des convictions. Je suis syndiqué depuis plusieurs années et je continuerai jusqu’à obtenir des résultats par rapport à nos revendications ».

 

« Stop aux normes, stop à l’administratif »

Même « ras-le-bol général » pour Andy Tesnière (24 ans), installé en 2020 à Oisseau : « On importe, entre autres, des volailles ou du lait des pays étrangers où il n’y a quasiment pas de normes alors qu’en France, on nous impose une multitude de normes ». Au niveau administratif, selon Florian Lefeuvre, jeune agriculteur de 26 ans installé depuis 2020 à Hercé (canton de Gorron), « ça devient de plus en plus compliqué. À l’image de ce que dit Andy, c’est un ras-le-bol général puisqu’on peut aussi parler de l’augmentation du GNR. Les agriculteurs n’en peuvent plus. On dit stop aux normes, stop à l’administratif. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Mouvement syndical : 150 tracteurs défilent à Laval

En Mayenne, 150 tracteurs ont pris la route, hier jeudi 25 janvier, depuis Laval, ralentissant les flux routiers et…

Manifestation agricole : pneus et haies à Laval

L’action « Blocage des services de l’État », mardi 30 et mercredi 31 janvier 2024, par la FDSEA et les JA de la…

En porc bio aussi, on marche sur la tête

Lors d’un traditionnel « petit-déjeuner parlementaire », les sénateurs et députés mayennais ont été témoins d’une aberration…

La colère a ses raisons

Dimanche 21 janvier, une rencontre a eu lieu entre la FDSEA, les JA de la Mayenne et la préfète du département. L’…

Les participants de la table ronde (de gauche à droite) : Franck Yvert, Samuel Moy, Christophe Barayré, Franck Poché et Michel Gaudin.
AG de APLBL Craon-Fougerolles : la considération, pas facile à partager…

C’est sur le thème de la considération que s’est tenue la table ronde de l’assemblée générale de l’APLBL Craon-Fougerolles,…

Romain Herbaudeau (à gauche), salarié au Gaec Duchemin à Chantrigné, et Lionel Leudière, animateur des ventes chez Ekip'Élevage, aux côtés des trois modèles existants de la gamme Zosh qui sont tous personnalisables et tous « made in France ». En effet, les Zosh sont entièrement fabriquées dans la Sarthe. Il faut compter environ 4 000 euros pour se procurer cet engin.
Ils sont passés chez Zosh

Des agriculteurs mayennais ont fait le choix d’investir dans une trottinette électrique de la marque Zosh pour leurs tâches…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 103€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53