Aller au contenu principal

May'Normande : le National normand au Cima 53

Les Mayennais présentent 91 animaux au May’Natinonal, lors du Cima du 18 au 21 juillet 2019. Certains sont des habitués des concours, d’autres viennent pour la première fois ou reviennent après des années d’absence…

Ivoire se laisse finalement facilement approcher et pose pour la photo.
Ivoire se laisse finalement facilement approcher et pose pour la photo.
© RW

Ivoire, la Normande qui sort du lot

Valentin Coulon, d’Andouillé, présentera une Normande de six ans, nommée Ivoire. « On a été sollicité pour faire le concours. On voyait bien que cette vache-là sortait du lot », explique Valentin Coulon. Cette année, Ivoire, une vache normande âgée de six ans a été sélectionnée pour participer au concours national des vaches normandes qui aura lieu lors de la fête du Cima 53 à Mayenne du 19 au 21 juillet. Une première pour l’éleveur installé en Gaec à Andouillé.  « Je fais les comices. C’est toujours bien de rencontrer d’autres éleveurs, il y a une bonne ambiance », explique l’agriculteur. Valentin Coulon reste concentré sur son exploitation. « J’aime les concours sans en être mordu. Il y a beaucoup de choses à faire à la ferme et les concours c’est beaucoup de travail de préparation », confie l’éleveur.
Dans la pâture, les soixante vaches laitières de Valentin Coulon broutent tranquillement, l’éleveur se dirige vers Ivoire. La Normande est facile à reconnaître. « Elle est plus grosse que toutes les autres, on ne peut pas la louper », lance fièrement l’éleveur.  « Elle a de bons gènes, mais ce n’est pas une grosse laitière. Elle a surtout le bon gabarit, une bonne morphologie », explique Valentin Coulon.

 

« J’y retourne pour mon fils »

Patrick Lambert, installé à Montreuil-Poulay présente deux titulaires au Cima. Il reprend les concours pour transmettre sa passion à son fils Léo, âgé de 17 ans.
Jacotte, trois ans, et Moustache, deux ans, font la fierté de leur éleveur Patrick Lambert, installé en Gaec à Montreuil-Poulay. Cette année elles seront présentées au concours national des vaches normandes. « La mère de Jacotte je l’ai vendue il y a trois ans et elle était à Paris il y a un an. C’est la meilleure mamelle 2018 », raconte Patrick Lambert. Quand à Moustache, son père Ilslev est un taureau de chez l’éleveur. « J’en suis très fier », explique l’éleveur. « Elles ont de bonnes pattes et de belles mamelles », observe l’éleveur qui a également deux suppléantes de sélectionnées.
Après avoir fait une pause de quelques années dans les concours, Patrick Lambert se lance de nouveau dans la compétition et avec joie « J’y retourne pour mon fils, il est au lycée Rochefeuille. C’est bien de partager ça avec lui », confie l’éleveur.
« Évidemment on a beaucoup plus de travail avant le concours que pendant »
, constate l’éleveur en faisant avancer sa vache. Tous les matins, Patrick et Léo Lambert attachent Moustache et Jacotte pendant une demi-heure et les font marcher. « Ce n’est pas gagné, mais on s’entraîne », commente l’éleveur.

Première sortie pour Jalousie

Jalousie, quatre ans, a été sélectionnée pour le concours national des vaches normandes. Une grande première pour la vache et ses éleveurs.
Les concours, c’est une grande première pour Anne-Marie Vaugeois, installée en Earl à Chailland. Cette année, elle amène sa Normande Jalousie au Cima à Mayenne. Sur la ferme, 40 vaches laitières normandes et des génisses sont élevées par le couple. « C’est notre voisin qui nous a poussés à nous inscrire. On a participé au concours Évolution de la meilleure vache laitière et c’est Iroise qui a gagné. Quand les juges sont venus, ils ont sélectionné Jalousie, elle a une bonne morphologie », explique Anne-Marie Vaugeois.
Sur l’exploitation, la sélection génétique est très importante « la sélection pour Jalousie elle a commencé il y a longtemps, ça date du fermier d’avant, c’est une bonne représentante de la race », explique Anne-Marie Vaugeois qui pratique le génotypage et la semence sexée. Le concours sera l’occasion pour les éleveurs de montrer le fruit d’années de travail « on approche de la retraite donc c’est une occasion de se faire connaître », explique l’éleveuse

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
Consommation : afficher l’origine du lait est illégal !
Voilà un jugement qui va sans doute faire couler beaucoup d’encre et de salive. Le Conseil d'Etat a annulé le 11 mars, un décret…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53