Aller au contenu principal

May’Normande : le national en approche

L’assemblée générale de l’association Mayenne Normande a eu lieu mardi, à Chantrigné. Une quarantaine d’éleveurs étaient présents pour la présentation du bilan d’activité de l’année 2018 et des projets à venir notamment, le national de la race Normande au Cima.

© VG

« Je veux féliciter tous les éleveurs de promouvoir la race Normande », a déclaré Jean-Marcel Lecomte coprésident de l’association May’Normande, pour ouvrir son assemblée générale de l’année 2019, qui avait lieu mardi dernier à Chantrigné. En 2018, 150 éleveurs mayennais ont cotisé à l’OS Normande, ce chiffre est en baisse de 9 % par rapport à l’année 2017, il représente 9 500 vaches en tout.

De bons résultats pour les Normandes

Le conseil d’administration s’est félicité des résultats des Normandes Mayennaises dans les classements des meilleures vaches au niveau national. On retrouve vingt-cinq vaches mayennaises dans le top 100 (ISU) et sept éleveurs mayennais dans le top vingt national en lait brut. Puis, le président a salué toutes les exploitations qui ont participé à des concours l’année passée et s’est réjoui des nombreuses récompenses collectées par les Normandes Mayennaise. « Ces bons résultats prouvent la qualité de la génétique des Normandes en Mayenne », a lancé fièrement le coprésident Laurent Coutard.

Le national approche

« C’est un énorme engagement pour nous tous », a rappelé Jean-Marcel Lecomte. Les 19, 20 et 21 juillet, le concours national des Normandes a lieu au Cima au Parc des expositions de Mayenne. Les éleveurs qui souhaitent participer ont jusqu’à fin mars pour envoyer leur demande d’inscription, les préchoix auront lieu début juin. Lors du concours, les Normandes arriveront le jeudi et seront en concours le vendredi après-midi et le samedi toute la journée. Le Cima sera rythmé par de nombreuses animations, marché de producteurs, mascotte, mur photo, et la soirée du samedi soir animée par l’orchestre mayennais Génération (les places sont à réserver dès que possible).

D’autres rendez-vous pour 2019

Le 23 mars aura lieu la soirée de gala de May’Normande avec, au menu, une entrecôte de race Normande et gratin de pommes de terre, les places sont encore à saisir pour cet évènement qui aura lieu à Ambrières-les-Vallées. Autre temps fort de l’année l’école des jeunes, une journée pour faire des couvrir aux enfants jusqu’à 18 ans, la ferme et ses animaux. Cette septième édition aura lieu à Lignières-Orgères, le lundi 15 avril 2019.

Une organisation globale

Origen Normande, l’OS Normande et Évolution travaillent ensemble avec Entractive depuis une année afin de se mettre d’accord sur la construction d’une organisation normande globale. La fin des discussions est fixée à octobre 2019.

En quête d’appellations…

Lors de l’assemblée générale de l’association May’Normande, Albéric Valais a exposé aux éleveurs les différentes approches sur des produits issus de vaches normandes. Un premier point sur le lait pour obtenir une Aop de spécialité traditionnelle. Pour le camembert, une réunion a eu lieu le 21 février pour établir une grande appellation d’origine qui distinguerait deux appellations : Le Véritable Camembert de Normandie pour les formages contenant plus de 60 % de lait normand, et Camembert de Normandie pour un fromage avec 30 % de lait de Normande (les deux sans Ogm). L’Inao a délégué une commission d’enquête autour de deux thématiques. La première est un cahier des charges et l’autre est une délimitation pour définir qui peut obtenir l’appellation. Les règles de cette délimitation sont le sol, le climat et l’usage de fabrication.

Le 25 février, cette commission a présenté son travail à l’Organisme de défense et de gestion de l’Inao, qui a donné la limite de la zone historique d’usage de fabrication : la Normandie et les cantons limitrophes. Un comité de l’Inao va se réunir ce mois-ci pour organiser une procédure nationale d’opposition, qui dure généralement deux mois. Cela va permettre aux producteurs de réclamer le droit de ces appellations pour leurs productions (en accord avec leurs industriels). Un dossier de spécialité traditionnelle garantie (Stg) pour le lait de vaches normandes est en cours de déposition.

Pour la viande, Albéric Valais a présenté les différents dossiers : une commission d’enquête autour d’une Stg pour le bœuf normand, des dossiers commerciaux pour les viandes issues d’élevages en Aop.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53