Aller au contenu principal

Magazine
L’insémination, le métier qui leur plaît

Dans le cadre de leurs études, trois jeunes BTS PA à l’AgriCampus Laval ont réalisé un mini-film sur le métier d’inséminateur. Un travail qui leur a valu le deuxième prix régional du concours « Je filme le métier qui me plaît ».

Adèle Honoré, Manon Chevalier et Éloïse Champs, toutes les trois en deuxième année de BTS PA (productions animales) à l’AgriCampus Laval, ont souhaité « aborder un sujet original : l’insémination des bovins. Nous sommes allées filmer dans la ferme de mes parents », précise Adèle. Le film de 2 minutes 40 secondes, tourné en janvier-février et sorti au mois d’avril, met en scène le père d’Adèle, Olivier Honoré. Sur son exploitation située à Daon, au sud de la Mayenne, la technologie et l’innovation sont bien présentes avec l’Eye Breed, un système proposé par Gènes Diffusion permettant d'inséminer sans fouille rectale. 

« On a pris beaucoup de plaisir »

« On trouvait intéressant de montrer au grand public le déroulement d’une insémination réalisée par l’éleveur lui-même », poursuit Adèle qui souhaite devenir inséminatrice dans quelques années. Le tournage de la vidéo a également permis aux trois étudiantes d’améliorer leurs connaissances sur ce sujet. « On remercie le papa d’Adèle qui a participé en quelque sorte à notre formation. Il nous a tout expliqué sur l’insémination. Adèle connaissait déjà ce domaine, mais en ce qui nous concerne, on n’avait jamais vu ça. Dans tous les cas, on a pris beaucoup de plaisir à réaliser ce film », confient Éloïse et Manon. Les trois étudiantes ne se sont pas contentées de filmer, mais ont testé l’insémination avec l’Eye Breed sous l’œil avisé d’Olivier Honoré.         

Remise d’un chèque de 850 euros

En 2023, pour la 16e édition de « Je filme le métier qui me plaît », le Crédit Mutuel, partenaire du jeu-concours, a décerné le deuxième prix régional sur le thème « éleveur et inséminateur » à l’AgriCampus Laval, grâce au travail d’Adèle, Manon et Éloïse. « Il y a trois prix par région et trois au niveau national », précise Éloïse, qui aimerait travailler dans la génétique. En accompagnement de ce prix, un chèque de 850 euros a été remis par le Crédit Mutuel. « Merci au Crédit Mutuel. Cette somme va servir à l’association des BTS de l’AgriCampus Laval. On aimerait bien profiter de cet argent pour partir en voyage avec les 25 autres élèves de notre classe », espère Manon. Sans compter la préparation d’avant-tournage, les trois étudiantes ont consacré un après-midi pour tourner les plans… « puis il y a eu le montage qui a pris plus de temps », ajoute Adèle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Mouvement syndical : 150 tracteurs défilent à Laval

En Mayenne, 150 tracteurs ont pris la route, hier jeudi 25 janvier, depuis Laval, ralentissant les flux routiers et…

Manifestation agricole : pneus et haies à Laval

L’action « Blocage des services de l’État », mardi 30 et mercredi 31 janvier 2024, par la FDSEA et les JA de la…

En porc bio aussi, on marche sur la tête

Lors d’un traditionnel « petit-déjeuner parlementaire », les sénateurs et députés mayennais ont été témoins d’une aberration…

La colère a ses raisons

Dimanche 21 janvier, une rencontre a eu lieu entre la FDSEA, les JA de la Mayenne et la préfète du département. L’…

Les participants de la table ronde (de gauche à droite) : Franck Yvert, Samuel Moy, Christophe Barayré, Franck Poché et Michel Gaudin.
AG de APLBL Craon-Fougerolles : la considération, pas facile à partager…

C’est sur le thème de la considération que s’est tenue la table ronde de l’assemblée générale de l’APLBL Craon-Fougerolles,…

Romain Herbaudeau (à gauche), salarié au Gaec Duchemin à Chantrigné, et Lionel Leudière, animateur des ventes chez Ekip'Élevage, aux côtés des trois modèles existants de la gamme Zosh qui sont tous personnalisables et tous « made in France ». En effet, les Zosh sont entièrement fabriquées dans la Sarthe. Il faut compter environ 4 000 euros pour se procurer cet engin.
Ils sont passés chez Zosh

Des agriculteurs mayennais ont fait le choix d’investir dans une trottinette électrique de la marque Zosh pour leurs tâches…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 103€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53