Aller au contenu principal

Les parlementaires mayennais reçus par la FDSEA

Peu avant l'échange avec la presse vendredi dernier, la FDSEA recevait, à la Maison des Agriculteurs à Changé, députés et sénateurs du département pour brosser les sujets qui font l'actualité agricole.

Les cinq parlementaires mayennais lors de la présentation des dossiers par la FDSEA, à savoir : Guillaume Chevrollier (sénateur), Géraldine Bannier (députée), Yannick Favennec (député), Guillaume Garot (député) et Elisabeth Doineau (sénatrice).
© RD
Avec, au premier rang, la hausse des charges et l'inquiétude générées par le conflit russo-ukrainien. La forte dépendance aux exportations russes (métaux, bois de charpente, engrais, gaz, pétrole) depuis sujettes à des sanctions et des fermetures de vannes, se ressent jusque dans les cours de fermes. À commencer par les hausses du prix du GNR et des marchés des grains.
Aussi, était-ce nécessaire de faire un focus sur les négociations commerciales sous Égalim 2 quand les coûts de production en quelques semaines se sont fortement accrus... Dans l'esprit de la loi, aussi inscrit dans le plan de résilience économique et sociale présenté par Jean Castex le 16 mars dernier, les négociations commerciales se sont à nouveau enclenchées.
Outre le sujet du poids des normes et des contrôles, en passant par celui de l'entretien et de la responsabilité sous la fibre, les responsables agricoles ont fait part aux élus de leur crainte de voir se propager le virus Influenza aviaire sur le département. Au regard de la situation sur front Atlantique - avec des départements de Vendée et Loire-Atlantique particulièrement touchés, suivis de près par le Maine-et-Loire -, la Mayenne doit "étanchéifier" ses frontières pour éviter toute entrée de l'agent pathogène. Dans l'immédiat, la profession s'oppose au rapatriement des volailles d'élevages infectés vers des sites de stockage et d'enfouissement mayennais. Comme elle réitère devant les parlementaires ses propos sur l'impérieuse nécessité que les particuliers claustrent leurs volailles. La FDSEA en appelle aux rôles du préfet, des parlementaires et des élus municipaux, pour que cette obligation soit connue, appliquée et, si non respectée, sanctionnée.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

AgriCampus Laval : un nouveau directeur pour cette rentrée
Vendredi 26 août 2022 avait lieu le passage de témoin entre Patrick Delage, ancien directeur de l’AgriCampus Laval, et son…
La grêle s’est de nouveau abattue sur la Mayenne
Un violent orage a traversé la Mayenne dans la soirée de lundi dernier. Les grêlons, souvent proches de la taille d’une balle de…
Maïs grain : on boudine, juste après la récolte
Mercredi 21 septembre, c’était battage des maïs à Saint-Pierre-des-Nids. Plusieurs chantiers à suivre, avec une conservation en…
Litre de lait à 0,71 euro : scandalisés, les syndicats s’invitent chez Leclerc
Ayant constaté un prix à 0,71 euro le litre pour les briques de lait de la marque Eco+, plusieurs syndicats agricoles ont…
Grêle : l’aide d’urgence expliquée aux agriculteurs
Réunie dans la salle des fêtes d’Arquenay mercredi soir, une cinquantaine d’agriculteurs mayennais ont répondu à l’invitation de…
Grêle de mai : une aide plafonnée à 5 000 euros
Suite à l’épisode de grêle de fin mai, la Mayenne s’est vue attribuée une enveloppe globale de 1 085 000 euros sur un total de 1,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 90€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53