Aller au contenu principal

Les oligoélements, utile ou pas ?

Ils sont appelés microélement ou élement-trace parce qu’ils sont nécessaires en toute petite quantité. Ils font partie de la famille des minéraux comme le calcium mais leurs besoins s’expriment en milligrammes et non en grammes par jour soit 1000 fois moins ! Il s’agit de manganèse, iode, sélénium, cuivre, zinc, colbalt (parfois aussi Fer et chrome). En filière porcine, la supplémentation est intégrée dans l’aliment.

 

A quoi servent-ils ?

Certains ont des rôles précis comme l’iode, composant essentiel des hormones thyroïdiennes. D’autres sont des catalyseurs enzymatiques : les réactions chimiques dans le corps se font mieux et plus vite grâce à eux. Enfin, une majorité a un rôle d’antioxydant.

 

Mais qu’est-ce qu’un antioxydant ?

Chaque cellule animale a besoin d’énergie : elle la produit en brûlant du sucre alimentaire grâce à l’oxygène de l’air. Comme elle uti-lise l’oxygène, ce procédé s’appelle oxydation. Il y a toujours quelques déchets lors de cette réaction chimique : une production de radicaux libres qui sont des poisons capables de détruire la cellule qui vient de les fabriquer. Il faut une solution pour neutraliser ces poisons. La nature est bien faite : ce sont les antioxydants.

Il en faut donc suffisamment pour éviter les destructions cellulaires. L’ennui est que le besoin de chaque animal est très variable en fonction de son âge, son stade de gestation ou lactation, son statut nutritionnel, sa ration, sa flore, son temps de transit intestinal… et même ses performances. C’est pour cela que les recommandations peuvent être différentes (INRA 1984 ou NRC 1998…).
En bref, plus un animal a besoin d’énergie, plus il produit de radicaux libres et plus il lui faudra d’antioxydants. En revanche, mettre trop d’oligoéléments n’améliorera pas les performances. Les animaux qui profitent le plus d’une supplémentation spécifique sont souvent les extrêmes : les plus fragiles (malades) et les plus performants (truies hyperprolifiques).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53