Aller au contenu principal

« Les Mayennais, des pionniers exemplaires ! »

Mercredi soir, c’est en vidéo sur les réseaux sociaux que le préfet Jean-Francis Treffel et le président du Département, Olivier Richefou, ont adressé leurs vœux. La crise sanitaire était au cœur de leurs propos. L’agriculture… un peu.

« Les Mayennais, des pionniers exemplaires ! »
© Capture par Agri53

C’est donc face caméra, espacés  en respectant la distanciation sociale que le préfet de la Mayenne et le président du Conseil dépar-temental ont exprimé leurs vœux aux Mayennais, mercredi soir, via les réseaux sociaux dédiés aux vidéos. Pas de grand-messe, pas d’invita-tions, pas de public, pas d’ambiance musicale non plus, ni de petits fours cette année. Et des propos qui se sont logiquement appuyés sur la crise sanitaire.
Olivier Richefou, président du Conseil départemental, s’est exprimé en  premier, commençant son discours sur l’année 2020 et par l’expres-sion de son soutien aux forces de l’ordre françaises qui assurent la sécurité nationale. Il a poursuivi sur la crise sanitaire liée à la Covid-19,  Olivier Richefou : « la pandémie a  bouleversé nos vies et notre quotidien.  Certaines familles ont été confrontées à la maladie et durement frappées ». Une pandémie qui a « brisé notre lien social », fragilisant « nos entreprises », condamnant « nombre de commerces de proximité ». Il  a rendu hommage « au civisme exemplaire des Mayennais » durant cette crise. Une crise qui, selon le président du Département, « a rappelé les vertus fondamentales de la fraternité et de la  solidarité. Dans ce contexte inédit, le Conseil départemental de la Mayenne, les communes, les inter-communalités et le Conseil régional se sont pleinement engagés pour apporter les réponses les plus essentielles à nos concitoyens ».
« Nous tourner véritablement vers l’avenir avec confiance et offrir un horizon prometteur à notre jeunesse » :  c’est l’un de ses vœux pour 2021.  Avec une limite, exprimée la veille des premières vaccinations en Mayenne : « la circulation du virus demeure toujours bien active et la situation épidémiologique nous oblige à observer la plus grande vigilance et à respecter strictement les gestes barrières ».

Bas carbone
Olivier Richefou a lancé un appel pour que « 2021 soit l’année du rebond », rappelant « les nombreux défis sociaux, sociétaux et économiques qui s’annoncent » et qui nécessitent de se concentrer « sur la relance de l’investissement local et sur le soutien aux acteurs du territoire pour que la Mayenne sorte de cette crise plus forte et résiliente ». Si le budget du Conseil départemental a été voté dans cette perspective, le Département s’inscrit « résolument dans les différents plans de relance lancés par l’État » pour lesquels la Mayenne a engagé « plusieurs  projets, notamment au titre de la transition écologique ». Il l’a déjà dit, mais il l’a répété : Olivier Richefou nourrit l’« ambition collective de faire de la Mayenne le premier département bas carbone de France, le lieu où s’invente un nouveau modèle de société fondé sur une croissance verte permettant de concilier  économie et écologie ». Concrètement, il s’agit « d’investir dans des projets structurants et mobilisateurs… dans le cadre d’un développement durable, responsable et financièrement soutenable ». Il aura un dernier mot sur les deux événements du Département en 2021 : l’ouverture de l’Espace Mayenne et le Tour de France, événements qui mettront « la Mayenne au cœur des grands projets événementiels et populaires ».

Sans précédent
Le préfet, Jean-Francis Treffel, a ensuite pris la parole. Revenant, lui aussi, sur 2020, « année exceptionnelle partout en France » en raison du virus « que personne n’attendait et ne pouvait prévoir ». Un Covid-19 qui est venu « bousculer nos habitudes de vie. Le port du masque, le confinement, le couvre-feu ont modifié notre quotidien dans un but unique, limiter sa propagation ». Pour autant, estime le préfet, « ce virus a suscité une solidarité sans précédent dans notre société. Tous ces efforts ont permis, à plusieurs reprises, de limiter sa diffusion avec efficacité. Et à cet égard, les Mayennais ont été des pionniers exemplaires. »
Il remerciera d’abord l’ensemble des soignants qui travaillent dans « des conditions difficiles pour sauver nos concitoyens ».


 

Les agriculteurs en première ligne
Le préfet aura ensuite une pensée pour les « travailleurs qui en plein cœur de la crise ont continué  d’assurer les services essentiels ». Et de les citer : « agriculteurs, caissiers, éboueurs, chauffeurs routiers service à domicile et bien d’autres… Ils se sont mobilisés pour continuer d’approvisionner et de faire fonctionner notre pays et notre département ».
Revenant sur l’aide « exceptionnelle » de l’État pour soutenir le monde économique, Jean-Francis Treffel a rappelé qu’en Mayenne, « 31 millions d’euros ont déjà été versés au titre du fonds de solidarité des entreprises », auxquels s’ajoutent les « 26 millions d’euros de reports de charges fiscales et plus de 76 millions d’euros au titre de l’activité partielle ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
Consommation : afficher l’origine du lait est illégal !
Voilà un jugement qui va sans doute faire couler beaucoup d’encre et de salive. Le Conseil d'Etat a annulé le 11 mars, un décret…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53