Aller au contenu principal

« Les choucas font plus de dégâts que les gros gibiers »

Loin de l'exception, les choucas des tours font des dégâts dans le Nord-Ouest de la Mayenne. Éleveur laitier à Saint-Mars-sur-la-Futaie, Dominique Herbert en a fait les frais. Problème : cette espèce est actuellement protégée et ne peut être régulée.

tous les jours, un autre qui a mis un bazooka, mais ça ne fait que les renvoyer plus loin. » Près de 8 000 € de perdus Au mieux, Dominique Herbert estime avoir perdu 48 t de matière sèche. «Je vais devoir racheter 3,5 ha de maïs au minimum. Enfin, vu l’état de mon sorgho ça risque d’être plutôt 4 à 6 ha... » En effet, la météo pluvieuse nuit au développement de la céréale. «En plus de cela, les choucas se posent même sur sol nu. Le sorgho commence à germer, mais comme la terre est travaillée tous les jours par les corvidés, je pense qu’il va finir par pourrir par terre. » Au total, entre le rachat de fourrage, les semis et ressemis de maïs et sorgho, les répulsifs et l’effaroucheur... L’agriculteur a perdu près 8 000 €. «7 820 € pour être précis. Il y a déjà 5 000 € qui partent dans le maïs que je vais devoir racheter. C’est énorme à sortir d’une trésorerie. Et en plus, on m’a fait comprendre que je n’allais rien toucher. Pourtant les choucas font plus de dégâts que les gros gibiers.
© LG

Dominique Herbert est éleveur laitier à Saint-Mars-sur-la-Futaie. Il produit 470000 l de lait, avec 55 vaches sur une cinquantaine d’hectares dont 20 ha de maïs. Sur son secteur, des choucas des tours, espèce de corvidé protégée, prolifèrent. Depuis deux ans, il note une augmentation des dégâts. Cette année est particulièrement noire pour l’éleveur qui enregistre des pertes considérables.

Deux ressemis

« J’ai eu de gros dégâts dans deux parcelles de 6,5 ha. Le premier semis a été fait au 13 mai. J’ai ressemé 3 ha de maïs le 2 juin. Neuf jours après, presque tout était déjà par terre donc j’ai tenté d’implanter du sorgho le 14 juin. Et il y a 3 ha auxquels je n’ai pas touché. » Dominique Herbert estime que sur ses 6,5 ha, 3 ha, pourtant réensemencés, enregistrent entre 40 et 50 % de pertes. « Reste à voir ce qui va lever maintenant... »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

La grêle s’est de nouveau abattue sur la Mayenne
Un violent orage a traversé la Mayenne dans la soirée de lundi dernier. Les grêlons, souvent proches de la taille d’une balle de…
Maïs grain : on boudine, juste après la récolte
Mercredi 21 septembre, c’était battage des maïs à Saint-Pierre-des-Nids. Plusieurs chantiers à suivre, avec une conservation en…
Litre de lait à 0,71 euro : scandalisés, les syndicats s’invitent chez Leclerc
Ayant constaté un prix à 0,71 euro le litre pour les briques de lait de la marque Eco+, plusieurs syndicats agricoles ont…
Grêle : l’aide d’urgence expliquée aux agriculteurs
Réunie dans la salle des fêtes d’Arquenay mercredi soir, une cinquantaine d’agriculteurs mayennais ont répondu à l’invitation de…
Grêle de mai : une aide plafonnée à 5 000 euros
Suite à l’épisode de grêle de fin mai, la Mayenne s’est vue attribuée une enveloppe globale de 1 085 000 euros sur un total de 1,…
Sodiaal sommée de payer mieux ses producteurs
En raison d'un prix du lait qui n’augmente pas assez chez Sodiaal et ne couvre pas les coûts de production, des éleveurs laitiers…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 90€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53