Aller au contenu principal

Le pois de printemps, un bon précédent pour le blé

Dans son assolement Damien Pervis, agriculteur à Saint-Denis-du-Maine, a fait le choix d’intégrer la culture de pois de printemps. Intéressant d’un point de vue agronomique, il apporte des protéines dans l’alimentation des animaux et est éligible aux aides végétales du premier pilier de la Pac. Interview

© DP pour Agri53

Vous avez fait le choix d’intégrer le pois de printemps dans votre assolement, pour quelles raisons ?

Damien Pervis : Le pois de printemps se comporte bien dans nos sols profonds. C’est une culture qui est sensible au temps sec au moment de la floraison, en juin. Et elle ne nécessite que peu d’intervention après le semis. Je pratique seulement, si besoin, un désherbage, deux insecticides et un fongicide.

Quels sont les intérêts du pois, au niveau agronomique et dans la rotation des cultures ?

D. P. : Le pois est un très bon précédent pour le blé. Dans la rotation, le pois de printemps s’intègre bien en alternance de cultures d’automne et cela évite de faire deux années de suite la même culture pour pouvoir gérer au mieux les adventices dans les parcelles.

Quelles sont ses qualités au niveau alimentaire ?

D. P. : Le pois a une très bonne valeur alimentaire. Il est souvent utilisé dans l’alimentation animale avec une fabrication d’aliments à la ferme, car les usines d’aliments l’intègrent peu dans leurs formules de par le faible volume récolté.

Cette culture est-elle intéressante sur le plan financier ?

D. P. : Le cours du pois est stable depuis plusieurs années, la production étant faible. C’est le rendement qui faire varier la marge de la culture, car il y a peu de charges. On bénéficie également de l’aide couplée végétale pour les protéagineux. Pour la campagne de 2019, elle s’élève à 187 €/ha.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53