Aller au contenu principal

Le pois de printemps, un bon précédent pour le blé

Dans son assolement Damien Pervis, agriculteur à Saint-Denis-du-Maine, a fait le choix d’intégrer la culture de pois de printemps. Intéressant d’un point de vue agronomique, il apporte des protéines dans l’alimentation des animaux et est éligible aux aides végétales du premier pilier de la Pac. Interview

© DP pour Agri53

Vous avez fait le choix d’intégrer le pois de printemps dans votre assolement, pour quelles raisons ?

Damien Pervis : Le pois de printemps se comporte bien dans nos sols profonds. C’est une culture qui est sensible au temps sec au moment de la floraison, en juin. Et elle ne nécessite que peu d’intervention après le semis. Je pratique seulement, si besoin, un désherbage, deux insecticides et un fongicide.

Quels sont les intérêts du pois, au niveau agronomique et dans la rotation des cultures ?

D. P. : Le pois est un très bon précédent pour le blé. Dans la rotation, le pois de printemps s’intègre bien en alternance de cultures d’automne et cela évite de faire deux années de suite la même culture pour pouvoir gérer au mieux les adventices dans les parcelles.

Quelles sont ses qualités au niveau alimentaire ?

D. P. : Le pois a une très bonne valeur alimentaire. Il est souvent utilisé dans l’alimentation animale avec une fabrication d’aliments à la ferme, car les usines d’aliments l’intègrent peu dans leurs formules de par le faible volume récolté.

Cette culture est-elle intéressante sur le plan financier ?

D. P. : Le cours du pois est stable depuis plusieurs années, la production étant faible. C’est le rendement qui faire varier la marge de la culture, car il y a peu de charges. On bénéficie également de l’aide couplée végétale pour les protéagineux. Pour la campagne de 2019, elle s’élève à 187 €/ha.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
Consommation : afficher l’origine du lait est illégal !
Voilà un jugement qui va sans doute faire couler beaucoup d’encre et de salive. Le Conseil d'Etat a annulé le 11 mars, un décret…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53