Aller au contenu principal

La laiterie Vaubernier en cinq anecdotes

Dans le cadre des journées « Visites d’entreprise », la laiterie Vaubernier a ouvert ses portes au public. Ouverte il y a plus d’un siècle à Martigné-sur-Mayenne, la laiterie Vaubernier est devenue célèbre grâce à son fromage Bons Mayennais. Voici son histoire.

La laiterie Vaubernier organise régulièrement des visites. Elle a notamment participé à l’évènement « visitez nos entreprises » qui s’est déroulé du 24 au 26 octobre 2019.
La laiterie Vaubernier organise régulièrement des visites. Elle a notamment participé à l’évènement « visitez nos entreprises » qui s’est déroulé du 24 au 26 octobre 2019.
© LG

Productrice du camembert Bons Mayennais, la laiterie Vaubernier, à Martigné-sur-Mayenne, a réussi à se faire connaître bien au-delà des frontières du département. La marque est vendue dans tout le nord de la France et est même exportée à l’étranger.
Au total, l’entreprise produit 100 000 fromages par jour et 500 tonnes de beurre par an. « Nous
allons collecter le lait dans un rayon de 40 km autour de la laiterie sans jamais sortir du département », indique Céline Crétois, responsable des visites. Si la laiterie fait partie
intégrante du paysage mayennais, connaissez-vous vraiment son histoire ? En voici quelques anecdotes :

• Trois familles
Depuis 1912, trois familles se sont succédé au château du Bois Belleray, où est implantée la laiterie. C’est Albert de Le Masne de Brons, fromager nantais qui en découvrant, par hasard, le lieu décide de créer la laiterie. Alphonse et Léontine Vaubernier, qui donneront son nom
définitif à la laiterie et y implanteront une fromagerie, héritent du château en 1933. Enfin depuis 1936, celle-ci est dirigée par la famille Vaubernier.


• Lieu de vie
Si le château était un lieu de production, il s’agissait aussi d’un lieu de vie. Jusqu’à encore récemment, toutes les familles qui ont dirigé l’entreprise vivaient sur place. La directrice actuelle, Catherine Drezen y a grandi. Aujourd’hui, la maison familiale a été transformée en lieu de pause pour les employés.

• Le couple sur les boîtes
Reconnaissable entre mille, le couple de personnes âgées est apparu sur les boîtes des camemberts Bons Mayennais en 1943. L’image est presque restée identique même si les deux personnages ont été quelque peu rajeunis au fil du temps. D’où viennent-ils ? Ont-ils
vraiment existé ? Personne ne le sait. Les archives ont été perdues pendant la Seconde Guerre mondiale.

• Des méthodes artisanales
Si la fromagerie s’est développée et modernisée, elle a aussi conservé des méthodes très artisanales. Par exemple, à partir du 4e ou 5e jour d’affinage tous les fromages sont
retournés à la main. « Cela est un gage de qualité. En retournant les fromages, le personnel voit les potentiels défauts. On pourrait mécaniser cela, mais les machines ne remplaceront
jamais les yeux », explique Céline Crétois.

• À l’abri des regards
Si vous vous rendez à la fromagerie vous pourrez voir que celle-ci est en partie entourée par des murs de béton. Jean Drezen lors de ses travaux d’agrandissement a eu la volonté d’enfermer entre des murs son activité. Contrairement à de nombreuses laiteries, les silos n’étaient pas à l’extérieur, mais à l’intérieur des bâtiments. Aujourd’hui, cela est moins vrai, car les
nouveaux silos, plus grands que les anciens, dépassent des bâtiments.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53