Aller au contenu principal

Il se lance dans le soja

Éleveur laitier et céréalier à La Chapelle-Rainsoin, Olivier Duhamel a implanté une parcelle de 8,5 ha en soja. Une première pour lui d’une protéagineuse assez rare dans le département.

Olivier Duhamel a utilisé un ensemble fissurateur herse semoir.
Olivier Duhamel a utilisé un ensemble fissurateur herse semoir.
© OD pour Agri53

Sur une parcelle de 8,5 ha, Olivier Duhamel s’est lancé un nouveau défi : semer du soja avec un rendement escompté de l’ordre de 30 à 35 quintaux. « Ceux qui irriguent atteignent les 45 q/ha, voire les 50 q/ha. Moi je n’irrigue pas. Je serai très satisfait avec un rendement entre 30 et 35 quintaux. »

L’idée de tenter le soja germe depuis environ deux ans dans la tête d’Olivier. Le déclic s’est produit lorsque la météo de la fin de 2 019 a limité les semis de blé. « J’ai fait une dizaine d’hectares de blé en moins. J’avais donc le choix entre des pois, de l’orge de printemps ou du soja. » Il a opté pour le soja. « Pourtant, depuis que je m’y intéresse, les gens me disent « ça ne rend pas » ou « ce n’est pas valable en Mayenne. »
La parcelle de 8,50 ha, qui aurait pu être destinée au maïs, est sur un sol « argilo-limoneux assez profond, capable de compenser en cas de manque d’eau cet été ». Après un couvert d’hiver, Olivier Duhamel a préparé sa terre « au début du printemps, sans ajouter de matière organique. Le soja est une plante protéagineuse, elle n’a donc pas besoin de beaucoup d’azote, rappelle-t-il. J’ai juste mis de la potasse et du phosphore pour la plante. »

Pour le semis, il a utilisé un fissurateur herse semoir. « J’ai semé mercredi 20 mai, préférant attendre la fin des saints de glace. » Tenace, mais prudent… surtout que « le soja, c’est comme le maïs. C’est en base 6 et une fois qu’il est semé, il ne faut pas qu’il s’arrête de pousser ! » Le semis a eu lieu dans des conditions « nettement favorables, au top », dans un sol chaud et ressuyé. Un sol avait été préparé juste avant les pluies importantes d’avril. « J’ai semé la graine à 2-3 cm la graine pour bien la recouvrir. » Olivier se méfie des pigeons et des corbeaux qui mangent les graines et les cotylédons. Il a ensuite tout roulé. À la fois pour protéger les graines et avoir un sol parfait à la moisson, car, ajoute-t-il, « au moment de la moisson, les premières gousses sont à 8-10 cm du sol ».

Coût de semence

Olivier Duhamel s’est tourné vers de la semence certifiée, type Abelina, commercialisé par Saatbrau. Une graine dont le semencier vante, entre autres, « l’excellent ratio entre la productivité et la précocité, la vigueur au départ et la couverture rapide du sol ». Le coût : 260 €. « On sème 120 kg/ha, avec une densité entre 65 et 75 grains au m2. J’ai fait un petit 70. Ce qui fait 120 kg/ha, soit 4 doses et demie par hectare, donc 260 €  ! »

Juste deux passages

Le lendemain du semis, Olivier Duhamel a fait un herbicide en post-semis. Un deuxième passage d’herbicide sera à faire au stade 4-5 feuilles. « Et c’est tout. Pas d’autres interventions : pas de fongicide, pas d’insecticide. » Ce qui limite les coûts d’intervention par rapport à d’autres cultures. « Il faut quand même surveiller la présence de cétoines, des petits insectes qui mangent les feuilles. »

Deux destinations du soja sont prévues

- Première solution : « de la graine extrudée pour la mettre en tourteau et l’introduire dans la ration de mes vaches laitières. » Avantage c’est du sans-Ogm, donc la plante entre dans le cahier des charges de Bel, à qui Olivier vend son lait. « Le soja apporte de la protéine. C’est un correcteur azoté qui fait 48 : c’est donc une des meilleures plantes en correcteur azoté. » Pas assez utilisé en raison du coût à l’achat

- Deuxième possibilité : vendre. « La valeur de la tonne de grains est entre 300 et 350 €. Je verrai. Mais si le cours est favorable, je vendrai. » Mais ce sera après la moisson, prévue entre 15 et le 25 septembre. En espérant que le taux d’humidité, 14 %, sera bien là

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Sima 2022 : quatre exposants mayennais, quatre matériels phares
Du 6 au 10 novembre, quatre entreprises mayennaises étaient présentes à la 100e édition du Sima au parc des expositions Paris…
L'Open Dairy Show est organisé par l'association Vach'Open Show, basée à Pommerieux, en Mayenne.
Holstein : grande première pour l’Open Dairy Show
Vendredi 25 et samedi 26 novembre 2022, le parc Saint-Fiacre de Château-Gontier-sur-Mayenne accueillera l’Open Dairy Show. Ce…
Départemental Prim’Holstein : Orbella sur la plus haute marche
Une soixantaine d’animaux de la race Prim’Holstein ont défilé sur le ring de Château-Gontier, samedi 5 novembre, pour le concours…
Lait : un Gaec, deux Astronaut, deux Discovery
Vendredi 18 novembre 2022, dans le cadre des 30 ans de son premier robot de traite, Lely proposait une ferme ouverte : celle du…
Haies : la jeunesse mayennaise veille sur le bocage
Lundi 14 novembre 2022, la Fédération régionale des chasseurs (FRC) des Pays de la Loire organisait une plantation de haies…
Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest
La luzerne : « c’est 2 500 kg de protéines par hectare »
Interview de Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest, de retour du congrès mondial de la luzerne qui s'est tenu à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 90€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53