Aller au contenu principal

Hautbois : « Trouver la variété la plus adaptée au territoire »

Chaque année, l’entreprise Hautbois, teste de nouvelles variétés de blé afin de sélectionner celles qui sont le plus adaptées au territoire. Celles-ci doivent être tolérantes aux maladies, productives et d’une bonne qualité meunière.

Christophe Guillon, responsable de marché Production végétale.
Christophe Guillon, responsable de marché Production végétale.
© L.G

Depuis plus de 20 ans, l’entreprise Hautbois réalise des tests sur les cultures agricoles. Elle étudie, entre autres, les blés meuniers, la meunerie représentant le principal débouché de commercialisation des grains pour Hautbois. Cette année, c’est à Cossé-le-Vivien que la plateforme a été installée. Trentehuit variétés de blé y sont testées. « Notre objectif : trouver la variété la plus adaptée au territoire », indique Christophe Guillon, responsable de marché Production végétale chez Hautbois. Les blés demi-précoces sont les plus adaptés au département de la Mayenne. « Mais nous observons également les variétés demi-tardives et précoces. » Si l’entreprise possède des variétés de référence, elle cherche tout de même à renouveler sa gamme afin de déceler les variétés les plus tolérantes aux maladies, les plus productives et de répondre aux évolutions de comportement des blés. « Il est possible qu’au bout de quelques années, la maladie contourne les résistances, les variétés devenant plus sensibles », indique Christophe Guillon. Pour référencer une variété, l’entreprise étudie différents éléments : sa capacité de production, son taux de protéines, sa résistance à la verse et aux maladies telles que la septoriose ou la rouille jaune... « Si une variété est sensible à cette dernière, nous l’éliminons tout de suite, car cette maladie est trop imprévisible. Elle arrive tôt dans l’année, donc elle engendre un surcoût de traitement… » Hautbois privilégie des blés recommandés par la meunerie (VRM) dont la qualité est reconnue dans la fabrication du pain.

 

Retrouver l'article complet dans notre édition d'Agri53 du 26 juin 2020 (N°225)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53