Aller au contenu principal

Hautbois : « Trouver la variété la plus adaptée au territoire »

Chaque année, l’entreprise Hautbois, teste de nouvelles variétés de blé afin de sélectionner celles qui sont le plus adaptées au territoire. Celles-ci doivent être tolérantes aux maladies, productives et d’une bonne qualité meunière.

Christophe Guillon, responsable de marché Production végétale.
Christophe Guillon, responsable de marché Production végétale.
© L.G

Depuis plus de 20 ans, l’entreprise Hautbois réalise des tests sur les cultures agricoles. Elle étudie, entre autres, les blés meuniers, la meunerie représentant le principal débouché de commercialisation des grains pour Hautbois. Cette année, c’est à Cossé-le-Vivien que la plateforme a été installée. Trentehuit variétés de blé y sont testées. « Notre objectif : trouver la variété la plus adaptée au territoire », indique Christophe Guillon, responsable de marché Production végétale chez Hautbois. Les blés demi-précoces sont les plus adaptés au département de la Mayenne. « Mais nous observons également les variétés demi-tardives et précoces. » Si l’entreprise possède des variétés de référence, elle cherche tout de même à renouveler sa gamme afin de déceler les variétés les plus tolérantes aux maladies, les plus productives et de répondre aux évolutions de comportement des blés. « Il est possible qu’au bout de quelques années, la maladie contourne les résistances, les variétés devenant plus sensibles », indique Christophe Guillon. Pour référencer une variété, l’entreprise étudie différents éléments : sa capacité de production, son taux de protéines, sa résistance à la verse et aux maladies telles que la septoriose ou la rouille jaune... « Si une variété est sensible à cette dernière, nous l’éliminons tout de suite, car cette maladie est trop imprévisible. Elle arrive tôt dans l’année, donc elle engendre un surcoût de traitement… » Hautbois privilégie des blés recommandés par la meunerie (VRM) dont la qualité est reconnue dans la fabrication du pain.

 

Retrouver l'article complet dans notre édition d'Agri53 du 26 juin 2020 (N°225)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53