Aller au contenu principal

Festival d'Évron : un peu plus de 300 animaux attendus

Cette année, le traditionnel concours d’animaux de viande de Noël accueillera 308 bovins. Un chiffre en légère baisse par rapport aux trois dernières éditions.

© Festival de la Viande d'Évron

La 23e édition du concours d’animaux de Noël, proposée par le Festival de la Viande d’Évron, se tient samedi 7 novembre au foirail des Grands-Prés à Évron, avec, au programme, 308 bovins (à la clôture des inscriptions le 8 novembre dernier). Un chiffre en baisse par rapport aux trois dernières années, qui ont vu concourir 332 (2016), 312 (2017) et 320 (2018) animaux. Même constat du côté des élevages représentés. Ils seront 149 au lieu de 154 l’an dernier.
Autre constat : le nombre de bœufs poursuit sa baisse. Ils seront 77, contre 91 l’an passé et 115 en 2017 ! Le marché des bœufs n’a toujours pas retrouvé le beau fixe. À l’opposé les vaches continuent d’augmenter leur nombre. Elles seront 112, contre 105 en 2018 et 85 en 2017. Chez les génisses, légère baisse de 5 unités dans l’effectif pour atteindre les 119 individus.

Parmi les races, la Rouge des Prés sera une nouvelle fois très représentée, avec 33 mâles (en 3 sections), 47 femelles (4 sections depuis 3 ans) et 17 (en une section) à pour les vaches. La race Charolaise sera présente avec 35 bovins et une seule section par catégorie, soit 9 mâles, 16 femelles et 10 vaches. En Limousine, deux sections de vaches sont programmées (30 animaux). Pour les Blondes d’Aquitaine (26 animaux), on note pour la 2e année consécutive, le maintien d’une deuxième section.

Toujours parmi les races, 17 Parthenaises constitueront une session bien remplie, avec 6 vaches de plus que l’an passé. Les Blanc Bleu et Croisés seront 27, répartis entre 11 mâles et 16 femelles. À ces races s’ajoutent les croisements (8 mâles, 10 femelles), la catégorie « races diverses » avec une petite section de 8 mâles, une section de 14 femelles et une section de 12 vaches. Autre catégorie, les « toutes races de plus de 46 mois ». Y participeront 8 mâles (soit 6 de moins que l’an dernier) et 16 femelles (une section contre deux sections en 2018 avec un effectif total de 19)

Pour rappel, l’inter-races femelle avait été remporté, l’an dernier, par Didier Carré avec une Charolaise vendue dans la foulée aux abattoirs de Kermené à 10,50 €/kg. Chez les vaches, l’inter-races avait été attribué à une Parthenaise, élevée par la Scea Bouchaillère, de Sevremoine (49) et acquise pour 14 euros le kg par la boucherie Mellier, à E (76). Enfin, Vincent Béatrix, de de Saint-Ouen-en-Champagne, dans la Sarthe, était repari avec la plaque de l’inter-races mâles pour son Rouge des Prés que les consommateurs ont pu retrouver sur l’étal de la boucherie du Super U à Gorron, après une négociation conclue avec l’éleveur à 10 €/kg. Il reste à espérer des prix à cette hauteur cette année et, surtout, une moyenne élevée, digne de la qualité bouchère des animaux proposés à chaque fois à Évron.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53