Aller au contenu principal

Eau potable
Exonération de la taxe « pollution domestique » : entre 200 et 500 euros d’économie par an

Si l’exonération de la redevance pour pollution domestique pour le secteur de l’élevage est possible depuis 2008, très peu d’éleveurs mayennais n’en ont encore vraiment bénéficié. 

Au Bas Bénéard, à Ballots, Stéphane Dalifard (à droite) a déjà réfléchi à l’installation de son compteur divisionnaire pour isoler et transmettre chaque année au Service Eau du Pays de Craon, les volumes d’eau potable dédiés à son élevage laitier et ainsi bénéficier de l’exonération de la redevance pour pollution domestique.
Au Bas Bénéard, à Ballots, Stéphane Dalifard (à droite) a déjà réfléchi à l’installation de son compteur divisionnaire pour isoler et transmettre chaque année au Service Eau du Pays de Craon, les volumes d’eau potable dédiés à son élevage laitier et ainsi bénéficier de l’exonération de la redevance pour pollution domestique.
© RD-Agri53

Dans notre édition papier du 30 avril dernier (page 7), la FDSEA exhumait la circulaire n°6/DE du 15 février 2008 pour rappeler à nos lecteurs éleveurs qu’ils pouvaient bénéficier d’une exonération de la redevance pour pollution domestique. Facturé à hauteur de 0,30 euro par m3 d’eau potable consommé (taux figé jusqu’en 2024), la part de la redevance pouvant être exonérée par an peut atteindre rapidement des sommes importantes, près de 500 euros aux dires de certains éleveurs (voir encadré 1). Seulement, comme le soulignait sur son exploitation mercredi dernier Stéphane Dalifard, président du syndicat cantonal de Saint-Aignan : « faut-il encore connaitre précisément la méthode pour se faire exonérer... ». À cette fin, il recevait Richard Chamaret, vice-président en charge de l’eau et de l’assainissement de la Communauté de Communes de Craon, et son responsable de service technique, Patrice Léger.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Mouvement syndical : 150 tracteurs défilent à Laval

En Mayenne, 150 tracteurs ont pris la route, hier jeudi 25 janvier, depuis Laval, ralentissant les flux routiers et…

Manifestation agricole : pneus et haies à Laval

L’action « Blocage des services de l’État », mardi 30 et mercredi 31 janvier 2024, par la FDSEA et les JA de la…

En porc bio aussi, on marche sur la tête

Lors d’un traditionnel « petit-déjeuner parlementaire », les sénateurs et députés mayennais ont été témoins d’une aberration…

La colère a ses raisons

Dimanche 21 janvier, une rencontre a eu lieu entre la FDSEA, les JA de la Mayenne et la préfète du département. L’…

Les participants de la table ronde (de gauche à droite) : Franck Yvert, Samuel Moy, Christophe Barayré, Franck Poché et Michel Gaudin.
AG de APLBL Craon-Fougerolles : la considération, pas facile à partager…

C’est sur le thème de la considération que s’est tenue la table ronde de l’assemblée générale de l’APLBL Craon-Fougerolles,…

Romain Herbaudeau (à gauche), salarié au Gaec Duchemin à Chantrigné, et Lionel Leudière, animateur des ventes chez Ekip'Élevage, aux côtés des trois modèles existants de la gamme Zosh qui sont tous personnalisables et tous « made in France ». En effet, les Zosh sont entièrement fabriquées dans la Sarthe. Il faut compter environ 4 000 euros pour se procurer cet engin.
Ils sont passés chez Zosh

Des agriculteurs mayennais ont fait le choix d’investir dans une trottinette électrique de la marque Zosh pour leurs tâches…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 103€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53