Aller au contenu principal

Étiquetage sur l’origine du lait : la Cour européenne veut des détails

Dans un récent article, Le Télégramme de Brest annonce que « le gouvernement n’aurait pas dû imposer une appellation « Origine : France » sur les produits laitiers fabriqués à partir de lait français ». La Cour de justice de l’Union européenne de justice demande en effet davantage de justification.

Ce sont nos confrères du Télégramme de Brest qui ont relaté, le 2 octobre, la décision de la Cour de justice de l’Union européenne (Cjue) dans le dossier opposant le Groupe Lactalis au Gouvernement français à propos de l’étiquetage des produits laitiers. En 2016, après les importantes manifestations des producteurs laitiers, l’État avait imposé, dès 2017, l’étiquetage « Origine France » sur le lait et sur les produits laitiers, dès lors que le lait utilisé est produit en France. Une manière de promouvoir, pour le consommateur, la production nationale. Un décret, signé en août 2016, rendait applicable cette mesure dès 2017. Or, le Groupe Lactalis avait attaqué ce décret pour « excès de pouvoir », rappelle le quotidien breton. Et avait demandé au Conseil d’État de statuer, celui-ci renvoyant le dossier la Cjue, estimant qu’il n’était pas de sa compétence.

Jeudi 1er octobre, la Cjue a tranché. Elle ne remet pas en cause l’étiquetage « Origine France », estimant que « le cadre européen harmonisé sur l’étiquetage alimentaire n’empêchait pas les États membres de l’UE de prendre des mesures fournissant davantage d’informations sur l’origine et la provenance des denrées alimentaires ». Par contre, elle indique que ce genre de mesures nationales doit être justifié par plusieurs critères, dont « la protection de la santé publique et la prévention de la fraude alimentaire ». Pour elle, comme le précise le site d’informations Euractiv, « l’adoption de l’étiquette obligatoire d’origine n’est possible que s’il existe un lien avéré entre la qualité de certains produits et le pays d’origine ou le lieu de provenance ». C’est là que le bât blesse. À l’époque, la France aurait justifié son étiquetage obligatoire de la mention « Origine France » par des « risques d’altération du produit lorsqu’il est transporté sur de longues distances ». « Rien à voir donc avec d’hypothétiques propriétés particulières du lait français », commente Le Télégramme. Aussi, pour Euractiv, « selon les juges européens, il incombe aux États membres de prouver que la majorité de leurs consommateurs accorde une certaine importance à cette information ». Ce serait donc à la France de réviser ses critères de justification si l’on ne veut pas que cette mention, pourtant bien utile à tout consommateur qui s’intéresse à ce qu’il mange ou boit, disparaisse. Rappelons que cet étiquetage avait été mis en place à titre d’expérimentation en 2017, expérimentation reconduite en 2019.

Quant au Groupe Lactalis, contacté par Agri53, il n’a pas souhaité s’exprimer pour l’instant ; sa responsable communication externe et interne, Caroline Hopu, nous indiquant que « cet arrêt doit maintenant être revu par le Conseil d’État en France ». Affaire à suivre, donc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53