Aller au contenu principal

Étiquetage sur l’origine du lait : la Cour européenne veut des détails

Dans un récent article, Le Télégramme de Brest annonce que « le gouvernement n’aurait pas dû imposer une appellation « Origine : France » sur les produits laitiers fabriqués à partir de lait français ». La Cour de justice de l’Union européenne de justice demande en effet davantage de justification.

Ce sont nos confrères du Télégramme de Brest qui ont relaté, le 2 octobre, la décision de la Cour de justice de l’Union européenne (Cjue) dans le dossier opposant le Groupe Lactalis au Gouvernement français à propos de l’étiquetage des produits laitiers. En 2016, après les importantes manifestations des producteurs laitiers, l’État avait imposé, dès 2017, l’étiquetage « Origine France » sur le lait et sur les produits laitiers, dès lors que le lait utilisé est produit en France. Une manière de promouvoir, pour le consommateur, la production nationale. Un décret, signé en août 2016, rendait applicable cette mesure dès 2017. Or, le Groupe Lactalis avait attaqué ce décret pour « excès de pouvoir », rappelle le quotidien breton. Et avait demandé au Conseil d’État de statuer, celui-ci renvoyant le dossier la Cjue, estimant qu’il n’était pas de sa compétence.

Jeudi 1er octobre, la Cjue a tranché. Elle ne remet pas en cause l’étiquetage « Origine France », estimant que « le cadre européen harmonisé sur l’étiquetage alimentaire n’empêchait pas les États membres de l’UE de prendre des mesures fournissant davantage d’informations sur l’origine et la provenance des denrées alimentaires ». Par contre, elle indique que ce genre de mesures nationales doit être justifié par plusieurs critères, dont « la protection de la santé publique et la prévention de la fraude alimentaire ». Pour elle, comme le précise le site d’informations Euractiv, « l’adoption de l’étiquette obligatoire d’origine n’est possible que s’il existe un lien avéré entre la qualité de certains produits et le pays d’origine ou le lieu de provenance ». C’est là que le bât blesse. À l’époque, la France aurait justifié son étiquetage obligatoire de la mention « Origine France » par des « risques d’altération du produit lorsqu’il est transporté sur de longues distances ». « Rien à voir donc avec d’hypothétiques propriétés particulières du lait français », commente Le Télégramme. Aussi, pour Euractiv, « selon les juges européens, il incombe aux États membres de prouver que la majorité de leurs consommateurs accorde une certaine importance à cette information ». Ce serait donc à la France de réviser ses critères de justification si l’on ne veut pas que cette mention, pourtant bien utile à tout consommateur qui s’intéresse à ce qu’il mange ou boit, disparaisse. Rappelons que cet étiquetage avait été mis en place à titre d’expérimentation en 2017, expérimentation reconduite en 2019.

Quant au Groupe Lactalis, contacté par Agri53, il n’a pas souhaité s’exprimer pour l’instant ; sa responsable communication externe et interne, Caroline Hopu, nous indiquant que « cet arrêt doit maintenant être revu par le Conseil d’État en France ». Affaire à suivre, donc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53