Aller au contenu principal

Développement du « sans Ogm »

Sunlait et Savencia s'accordent sur la mise en place d'un cahier des charges pour la production de lait issu de vaches nourries sans Ogm. Cette démarche sera dans un premier temps, déployée dans l'ouest de la France.

© AF

L'organisation de producteurs Perreault en Mayenne avec ses 260 exploitations adhérentes et ses 139 millions de litres de lait produits bénéficiera de l'accord sur le non-Ogm, permettant aux producteurs de bénéficier d'une prime de production.

CAHIER DES CHARGES

Établi en concertation avec les organisations de producteurs et les coopératives « il répond aux exigences du référentiel Vlog, un référentiel allemand. Il est compatible avec les exigences du cahier des charges français pour des produits laitiers issus d'animaux nourris sans Ogm, qui sera mis en place par l'interprofession » explique Marie-Laure Bêchepois, présidente de l'organisation de producteurs Perreault. Le choix d'un référentiel allemand vient du fait que l'usine de Château-Gontier, à laquelle les producteurs Perreault livrent leur lait, fabrique principalement des fromages à destination de l'Allemagne. « La volonté de Savencia est que l'ensemble du lait livré par l'OP Perreault soit à terme produit sans Ogm. S'agissant d'une démarche volontaire, pour l'heure, il appartient à chacun d'estimer les gains potentiels et de réfléchir à la conduite de son exploitation, avant de signer des engagements » précise-t-elle. À l'heure actuelle, une 40e de producteurs a débuté les premières démarches.

CONSTRUCTION DE LA PRIME

À la différence d'autres démarches existantes, chez Savencia, la prime se compose d'une part fixe, à hauteur de 4 EUR les 1000 litres, à laquelle s'ajoute une part variable de 6 EUR les 1000 litres. Cette part variable peut fluctuer de plus ou moins de 2 EUR en fonction de la variabilité du prix du soja non Ogm par rapport au soja standard. Elle pourra ainsi être comprise entre 8 et 12 EUR des 1000 litres. « Nous avons défendu cette part variable, car avec le développement des démarches en nourri sans Ogm, les prix des aliments certifiés non Ogm risquent d'augmenter » précise Marie-Laure Bêchepois. Pour permettre la conversion au sans Ogm, les producteurs bénéficieront également d'une prime d'adaptation de 5 EUR par 1000 litres pendant les six premiers mois. Les versements débuteront à compter du 1er mois suivant l'engagement.

Si pour l'heure, cet accord n'est appliqué que dans l'organisation de producteurs Perreault, il est prévu pour que toutes les organisations de producteurs du groupe Sunlait puissent l'intégrer. Les adhérents de l'organisation de producteurs Cleps Ouest qui livrent leurs productions à l'entreprise Perreault de Château-Gontier sont également concernés par cette démarche.

Spécification technique

 

o Coexistence de vaches laitières et autres bovins : la coexistence est interdite en France selon le décret n° 2012-128 du 30 janvier 2012 relatif à l'étiquetage des denrées alimentaires issues de filières qualifiées « sans organismes génétiquement modifiés ». Un atelier bovin Ogm et un atelier bovin non Ogm ne peuvent pas être produit sur une même exploitation et sur un même site.

o Achats d'aliments : l'approvisionnement en aliments, fourrages, additifs et minéraux doit se faire dans le cadre du cahier des charges et sans présence d'Ogm.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53