Aller au contenu principal

De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières

Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage assurant une bonne santé et permettant l’expression de comportements naturels. Il doit aussi tenir compte des besoins des éleveurs et de leurs multiples contraintes, qu’elles soient financières ou en rapport avec l’organisation du travail et suivant le type de déjections.

La stabulation libre est un bon compromis entre leurs contraintes et les besoins des animaux.
© CAPDL

Depuis des décennies, la paille est utilisée comme matière pour assurer le confort et la propreté des animaux, mais avec le changement climatique, la paille est devenue indisponible ou trop coûteuse. Par l’agrandissement des troupeaux, l’allongement du temps de présence en bâtiment et le manque de matière ont orienté le remplacement de la paille longue.

 

Litière malaxée

La litière malaxée est un exemple de nouveaux modes de logement venu d’Israël. Le miscanthus nouveau concept est réparti sur toute la litière sur une épaisseur de 30 cm. Pour aérer et assécher la litière, les vaches sont évacuées plusieurs fois par jour par une barrière poussante électrique sur l’aire d’exercice et à l’aide d’une herse, l’exploitant brasse la litière 1 à 2 fois. Il faut compter trois curages par an et apporter des compléments afin de maintenir l’état de la litière avant curage ou par saison humide. Favoriser la ventilation et l’ensoleillement dans le bâtiment (orientation est-ouest) en laissant les longs pans ouverts et éventuellement avec un filet enrouleur si couchage à l’ouest, plus un débord de couverture, pour obtenir une zone de couchage sèche et homogène. D’autres matériaux comme les copeaux de bois et la paille hachée semblent avoir moins de succès du fait du coup et du besoin en gros volume. Ce procès est intéressant en investissement et en temps de travail.

 

Stabu libre

La stabulation libre à logettes est aujourd’hui une des principales modalités d’hébergement des vaches laitières, car elle est un bon compromis entre leurs contraintes et les besoins des animaux. Les caractéristiques du sol (béton) et sa souplesse (paille, matelas, tapis) sont des éléments déterminants au confort de la vache. Si conduite lisier, les logettes doivent être complétées par un matériau de litière absorbant (sciure, asséchant…) pour l’humidité et contribuer à garantir la propreté de la mamelle.

 

Logette creuse

L’exploitation, qui souhaite allier le système lisier et la paille pour un confort moelleux, a pour solution la logette creuse. C’est une technique allemande par un mélange paille et chaux. Les matériaux comme le sable, phase solide de séparation de phases semblent avoir moins de succès du fait des remontées en température, de la maîtrise sanitaire… Son principe est d’avoir un sol drainant, sans risque de remontées d’humidité, avec un seuil de logettes béton ou bois, biseauté à l’intérieur et si possible arrondi. La logette demande 260 cm au lieu de 240 cm de longueur habituellement du fait de son couchage en creux et moelleux. Pour une durée d’environ cinq ans, une sous-couche de mélange chaux, paille et eau, d’environ 20 à 30 cm, sera préparée à l’aide d’une mélangeuse et distribuée dans les logettes, idéalement avec un godet déssileur. La chaux humide a les avantages de neutraliser les odeurs, de maîtriser la prolifération des bactéries, d’assainir et absorber l’humidité. Il est remarqué moins de lésions des pattes et un meilleur aspect des onglons…

Ensuite une sous-couche est distribuée tous les 15 à 20 jours pour entretien, suivant le temps de présence des animaux en bâtiment et de la saison. Les mélanges sont proportionnés avec 15 % de paille broyée (longueur : 2 à 3 cm) avec 65 % de chaux humide et 10 % d’eau. Comme toute logette, un entretien journalier s’impose par un à deux ébousages et le rattrapage de la litière à l’aide d’un râteau. Le principe est d’avoir un paillage en creux avec une pente allant de la tête aux pieds du seuil de la logette.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Il est la « nourrice » de 400 veaux
Le groupe VanDrie France, spécialisé dans le secteur de la viande de veau, organisait une journée portes ouvertes, le jeudi 28…
Inondations ce vendredi matin à Château-Gontier
Les orages de ce vendredi 20 mai, accompagnées de fortes précipitations ont créé des inondations dans les rues de Château-Gontier…
Orages du 15 mai : des conséquences très disparates
Dimanche 15 mai, les températures estivales ont apporté leur lot d’orages en Mayenne ; des orages violents, très localisés et,…
Conjoncture laitière : l'inflation progresse sans répit

Benoît Rouyer, économiste au Cniel, revient sur la collecte et le prix du lait en France et dans le monde au mois d'avril 2022…

Un vent de jeunesse souffle sur l’agriculture
Pour l’assemblée générale de l’Anefa 53, une table ronde était organisée en présence de trois jeunes en Bac pro CGEA qui ont…
Le lin tisse sa toile en Mayenne
La culture du lin est rare en Mayenne, mais elle existe. À Saint-Cyr-le-Gravelais, Léo Bedouet produit du lin « fibre-semence »…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 90€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53